Connectez-vous

Bureau des médias de Gaza : "Israël empêche 690 malades et blessés de partir se soigner à l'étranger"

Dimanche 19 Mai 2024

Des victimes des bombardements israéliens à Gaza
Des victimes des bombardements israéliens à Gaza

Le bureau des médias du gouvernement à Gaza a déclaré, dimanche, qu'Israël avait empêché l'entrée de 3 000 camions humanitaires dans la Bande et interdit 690 malades et blessés de partir se soigner à l'étranger, en raison de la fermeture des points de passage de Rafah et de Karem Abu-Salem (Kerem Shalom) pour le treizième jour consécutif.

 

C'est ce qui ressort d'un communiqué du Bureau des médias, précisant que ''l'occupation israélienne empêche l'entrée de vivres et des fournitures médicales dans la bande de Gaza."

 

"L'armée israélienne a également entravé l'entrée de carburant dans les hôpitaux et les organisations humanitaires, interdisant ainsi aux blessés et les malades de partir pour recevoir les soins nécessaires, ce qui a approfondi la crise humanitaire dans la bande de Gaza", selon le communiqué.

 

L'armée israélienne poursuit son opération militaire contre Rafah, qu'elle a commencée le 6 mai, ignorant les avertissements régionaux et internationaux sur les répercussions de cette opération, compte tenu de la présence d'environ 1,4 million de personnes déplacées dans la ville, qu'elle a refoulées sous prétexte qu'elle était ''sûre''.

 

L'opération de Rafah a entraîné le déplacement forcé de plus de 630 000 personnes vers la ville de Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, selon l'UNRWA qui a déclaré que la ville était ''insupportablement surpeuplée et souffrait de conditions misérables''.

 

La guerre israélienne contre Gaza, qui dure depuis le 7 octobre 2023, a fait plus de 114 000 morts et blessés Palestiniens, pour la plupart des enfants et des femmes, et environ 10 000 disparus, dans un contexte de destruction massive et de famine qui a coûté la vie à des enfants et à des personnes âgées.

 

Israël poursuit la guerre contre Gaza malgré l'adoption d’une résolution au Conseil de sécurité de l’ONU visant à arrêter immédiatement les combats, et malgré l'appel lancé par la Cour internationale de Justice exigeant des mesures immédiates pour prévenir les actes de « génocide » et améliorer la situation humanitaire à Gaza. [AA]

 
Nombre de lectures : 229 fois











Inscription à la newsletter