Connectez-vous

Brésil: l'argent de la corruption récupéré pour payer des retraités

Mardi 21 Mars 2017

Rio de Janeiro - Au bord de la faillite, l'Etat brésilien de Rio de Janeiro (sud-est) a pu payer mardi le 13e mois d'une partie de ses fonctionnaires retraités grâce à la récupération de fonds détournés par l'ancien gouverneur Sergio Cabral, emprisonné pour corruption, ont annoncé les autorités brésiliennes.

Au total, 254,7 millions de réais (environ 83 millions de dollars) ont été versés à 147.000 anciens fonctionnaires de l'Etat touchant une retraite inférieure ou égale à 3.200 réais (un peu plus de 1.000 dollars) par mois.
Cela concerne 58% des fonctionnaires retraités ou inactifs, qui touchent par exemple des pensions d'invalidité.

"C'est la première fois qu'autant d'argent est restitué aux coffres publics en si peu de temps", s'est félicité José Augusto Vargas, procureur régional de Rio, lors d'une cérémonie pour officialiser le transfert des fonds.

Le parquet de Rio a annoncé avoir reversé à l'Etat plus de 102 millions de dollars rapatriés de comptes à l'étranger, grâce à un accord de collaboration noué par deux personnes inculpées pour avoir pris part au vaste réseau de corruption dirigé par Sergio Cabral.

Cet argent était sur des comptes en Suisse au nom de ces deux personnes, mais provenaient directement de fonds détournés par Sergio Cabral et deux de ses proches collaborateurs, Wilson Carlos et Carlos Miranda.

Gouverneur de l'État de Rio de 2007 à 2014, M. Cabral répond a de multiples accusations de corruption, blanchiment d'argent et association de malfaiteurs.

Selon José Augusto Vargas, chaque marché public suivait la "règle des 5%", reversés sous forme de pots-de-vin au groupe commandé par l'ancien gouverneur.

"Rio incarne ce qu'il y a de meilleur dans la société brésilienne et quand Rio est à genou, le Brésil entier est à genou", a déploré le procureur général de la République Rodrigo Janot, lui-aussi présent lors de la cérémonie de restitution.

Personnalité centrale de la lutte contre la corruption au Brésil, M. Janot vient de demander l'ouverture de 83 nouvelles enquêtes contre des hommes politiques dans le cadre du méga-scandale de trucage des marchés publics de la compagnie pétrolière d'État Petrobras.

Les noms des responsables politiques visés n'ont pas encore été divulgués, mais, d'après des fuites dans la presse brésilienne, il y a parmi eux au moins six ministres et les présidents des deux chambres du Parlement.

"La restitution de cet argent issu de la corruption est un signe fort envoyé à ceux qui placent l'égoïsme au-dessus du bien public", a résumé le procureur général.

Touché par une grave crise économique, l'Etat de Rio a dû négocier en janvier un prêt de la part du gouvernement fédéral, moyennant l'adoption de mesures d'austérité impopulaires.

Les salaires des fonctionnaires sont en retard depuis des mois: ceux de janvier n'ont été versés dans leur totalité que vendredi dernier, selon les autorités locales.
 
Nombre de lectures : 25 fois












Inscription à la newsletter