Connectez-vous

Belgique : 'Les images de civils tués dans un camp de réfugiés à Rafah sont insupportables"

Lundi 27 Mai 2024

Hadja Lahbib, ministre belge des Affaires étrangères
Hadja Lahbib, ministre belge des Affaires étrangères
 

La ministre belge des Affaires étrangères Hadja Lahbib a dénoncé, lundi, les dernières frappes israéliennes ayant visé un camp de personnes déplacées dans la ville de Rafah, au sud de la Bande de Gaza.

 

C'est ce qui ressort de ses posts publiés sur la plateforme X, qualifiant ce qui se passe à Rafah ''d'insupportable''.

''Les images de civils tués dans un camp de réfugiés à Rafah sont insupportables'', a-t-elle fustigé.

 

La ministre belge a également indiqué que ''les frappes sur Rafah et les tirs de roquettes contre Israël sont inacceptables''. Et d'appeler à mettre fin à ces combats et à libérer les otages.

''La violence doit cesser. Les otages doivent être libérés'', a-t-elle ajouté.

 

Les propos de Hadja Lahbib interviennent en marge d'une réunion rassemblant des représentants de pays arabes, européens et de l’UE, à Bruxelles pour discuter des moyens d’unir leurs forces afin d’avancer vers une solution à deux États pour le conflit israélo-palestinien et de relancer le processus politique.

 

Dimanche soir, plus de 35 Palestiniens ont été tués et plusieurs dizaines ont été blessés, pour la plupart des enfants et des femmes, dans un bombardement israélien qui a visé les tentes de personnes déplacées dans la région de Tal al-Sultan, au nord-ouest de Rafah.

 

Le bombardement a visé une zone censée être sûre et sans avertir ses habitants ni demandé l'évacuation des personnes déplacées. Il est intervenu deux jours après que la Cour internationale de Justice a émis un ordre d'arrêter immédiatement l'attaque terrestre israélienne sur Rafah.

 

Depuis le 6 mai, Israël a entamé une offensive terrestre contre Rafah s’emparant du côté palestinien du point de passage terrestre séparant Rafah de l'Égypte. L’opération israélienne a causé la fermeture du poste-frontière interdisant le passage des blessés pour recevoir des soins et l'entrée de l'aide humanitaire qui est déjà bien rare.

 

L'attaque israélienne a contraint au moins 810 000 Palestiniens à fuir Rafah, qui accueille environ 1,5 million de personnes, dont environ 1,4 million de déplacés qui ont fui d'autres régions de la Bande de Gaza.

 

Depuis le 7 octobre 2023, Israël mène sa guerre brutale contre la bande de Gaza, qui a fait plus de 116 000 morts et blessés Palestiniens, dont la plupart sont des femmes et des enfants, en plus d’environ 10 000 disparus, sur fond d’énormes destructions et d’une famine qui a déjà coûté la vie à plusieurs enfants et personnes âgées.

 

Israël ignore une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU exigeant un cessez-le-feu immédiat, ainsi que la demande d’émission de mandats d’arrêt internationaux de la Cour pénale internationale contre son Premier ministre et son ministre de la Défense pour leur responsabilité dans les "crimes de guerre" et les "crimes contre l’humanité" commis à Gaza. [AA]

 
Nombre de lectures : 203 fois











Inscription à la newsletter