Connectez-vous

Base militaire d'Al Shabaab en Somalie, des morts des deux côtés

Mercredi 14 Août 2019

MOGADISHU (Reuters) - Le groupe islamiste militant al Shabaab a frappé mercredi une base militaire du gouvernement somalien avec des voitures piégées et des coups de feu dans une bataille qui, selon les deux parties, a causé plusieurs morts.
 
Selon des témoins, des habitants de la région ont également été tués par des tirs croisés au milieu de la matinée lors de l'attaque contre la base d'Awdheegle, à 70 km (43 miles) au sud-ouest de la capitale Mogadiscio.
 
Al Shabaab lutte contre le gouvernement somalien faible et soutenu par l'ONU et ses alliés internationaux dans le but d'imposer son interprétation stricte de la loi islamique. La nation de la Corne de l'Afrique est déchirée par la guerre civile depuis 1992, année où les chefs de clan ont renversé un dictateur, puis se sont entretués.
 
Le général Yusuf Rage Odowa, commandant des opérations de l'armée somalienne, a déclaré que les troupes avaient repoussé les djihadistes à Awdheegle. "Les forces armées connaissaient la ruse des militants et ont donc déjoué l'attaque", a-t-il dit, ajoutant que plusieurs des cadavres des assaillants se trouvaient sur les lieux tandis que d'autres étaient capturés.
 
Le capitaine Hussein Ali, un officier militaire d'une ville voisine, a déclaré que des soldats derrière des sacs de sable avaient réussi à empêcher les voitures piégées d'atteindre la base, dans un district agricole le long de la rivière Shabelle, en tirant pour les faire sauter.
 
"Il y a des victimes d'Al Shabaab et des forces gouvernementales, mais nous n'avons pas de chiffre exact, a-t-il dit.
 
JOURNALISTE ASSASSINÉ
 
Le groupe lié à Al-Qaïda a déclaré qu'il avait tué 50 soldats et n'avait subi que deux pertes de militants qui avaient conduit les voitures piégées. Des véhicules de l'armée ont été brûlés, dit-il aussi.
 
Al Shabaab et les responsables gouvernementaux donnent régulièrement des versions et des chiffres de pertes différents pour les attaques.
 
Parmi les personnes tuées figurait un journaliste travaillant pour la station de radio de l'armée, a indiqué la Fédération des journalistes somaliens.
 
L'attaque a eu lieu après que les forces gouvernementales somaliennes eurent capturé la semaine dernière la plupart des parties du district d'Awdheegle.
 
"Nous avons entendu deux énormes coups de feu provenant de la direction de la base militaire somalienne. J'ai vu plusieurs soldats s'enfuir de la base pour s'échapper, mais nous ne pouvons pas savoir combien d'entre eux ont été tués ", a déclaré Aden Abdullahi à Reuters sur les lieux.
 
Halima Farah, commerçante et mère de quatre enfants, a déclaré à Reuters que les troupes gouvernementales contrôlaient la ville après l'attaque.
 
"Nous sommes maintenant sortis des maisons, dit Farah au téléphone.
 
"Nous pensons que les militants et le gouvernement ont subi de lourdes pertes en vies humaines aujourd'hui, mais nous ne pouvons pas voir les pertes qu'ils ont subies. Les balles perdues ont tué des gens dans leur maison ", a-t-elle ajouté, ajoutant qu'un membre de sa famille était mort après avoir reçu une balle dans la tête.
 
Al Shabaab a été expulsé de Mogadiscio en 2011 et a depuis perdu la plupart de ses autres fiefs. Mais ses combattants mènent fréquemment des attaques en Somalie et au Kenya voisin, dont les troupes font partie d'une force africaine de maintien de la paix.
Nombre de lectures : 58 fois












Inscription à la newsletter