Connectez-vous

Assemblée nationale : la crainte de la perte du pouvoir conduira Macky Sall aux pires ignominies (Seybani Sougou)

Mardi 13 Septembre 2022

Seybani Sougou
Seybani Sougou
On croit toujours avoir atteint le fond avec Macky SALL, dont l’indignité est sans limite.  Ce qui s’est passé le 12 septembre 2022 prouve que le pire est toujours possible avec ce personnage fantasque arrivé par effraction à la tête de la magistrature suprême, et dont l’incompétence notoire, les actes irréfléchis et totalement irrationnels conduisent le Sénégal tout droit au bord du précipice.

Personne ne peut cautionner ce qui s’est passé hier à l’assemblée nationale. Mais, Il ne faut surtout pas tourner autour du pot : pour avoir gravement failli aux obligations constitutionnelles liées à sa charge (depuis plus de 9 mois, le Sénégal n’a ni 1er ministre, ni gouvernement) Macky SALL, un irresponsable qui joue avec le feu et les institutions porte une responsabilité première et entière dans les évènements terribles du 12 septembre 2022. De fait, le Sénégal a définitivement basculé dans le chaos institutionnel. Les scènes ubuesques de l’assemblée nationale en « état de siège », suite au déploiement démesuré et à l’irruption spectaculaire de dizaines de gendarmes pénétrant dans l’hémicycle qui ont fait le tour du monde ont fini de classer le Sénégal dans le rang des pires républiques bananières.
 
Depuis que le Sénégal a accédé à l’indépendance en 1960, jamais sa démocratie n’a autant été balafrée et salie. Pour la première fois, dans l’histoire politique de notre pays, l’élection d’un Président de l’assemblée s’est déroulée sous la supervision de gendarmes : un fait inédit. Devant ce spectacle, improbable, impensable et irréel, il ne manquait plus que le crépitement des baïonnettes. Obnubilé par la conservation du pouvoir, foulant au pied les dispositions de la Constitution (un simple chiffon à sa disposition), Macky Sall a totalement perverti les forces de l’ordre, corrompu certains hauts magistrats devenus des moutons de panurge, liquidé un à un toutes les institutions et créé les conditions d’un forcing permanent, dont il ne sortira pas indemne.
           
Esseulé, entouré d’un carré d’énergumènes jusqu’au-boutiste, Macky Sall enchaîne les crimes d’état, porte atteinte aux libertés individuelles et collectives et multiplie les coups de boutoir contre la Démocratie sénégalaise. La crainte de la perte du pouvoir conduira le froussard au comportement enfantin, dont la traitrise est constitutive de son ADN à toutes les dérives et aux pires ignominies. Ses ignobles calculs politiques malsains créent le chaos au Sénégal.
 
 Les leçons de l’histoire ne semblent toujours pas apprises. Ceux qui usent et abusent du peuple et violent ses droits élémentaires connaitront la fin tragique de Samuel DOE (Libéria), Hosni MOUBARAK (Egypte), Ben ALI (Tunisie), Blaise COMPAORE (Burkina FASO), Ibrahima Boubacar KEITA (Mali) ou Alpha CONDE (Guinée).
 
Nul ne peut garantir que ce pouvoir qui sombre dans une folie totalitaire ira à son terme, car Macky Sall dont les « réserves de légitimité s'étiolent à la vitesse du vent » n’est pas à l’abri d’une « bourrasque » qui l’emportera. Emil CIORAN disait et à juste titre « Les tyrans ont une grande connaissance des hommes. Ce ne sont pas des idiots. Ils savent exactement comment on manipule les peuples. Ils avancent jusqu’au bout, jusqu’au moment où tout s’écroule ».
 
C’est une des lois implacables de l’histoire : le peuple finit toujours par prendre le dessus sur les tyrans. Que Macky SALL se le tienne pour dit : les Sénégalais finiront, tôt ou tard, par avoir sa peau.
 
Seybani SOUGOU – E-mail :  sougouparis@yahoo.fr
Nombre de lectures : 194 fois


1.Posté par m le 14/09/2022 13:19
Très juste analyse, sauf que cette analyse aurait pu -et dû être faite dès 2012, et qu'elle ne l'a pas été.
Dès le 03 AVRIL 2012, le Président de l'APR (qui n'a rien à voir avec un Président de la République digne de ce nom: un Président de la république devient ipso facto président de tout un peuple, amis ou ennemis, le nôtre n'est président que de ses partisans, ceux qui l'adorent, l'adulent, et le béatifient!) a pris un engagement dans son discours du 03 Avril 2012: il n'a pas fallu dix ans pour s’apercevoir que cet individu, n'était en fait qu'un traitre à la nation! Il n'a pas fallu dix ans pour comprendre que, en fait, cet homme, poltron dans l'âme mais revanchard, n'avait qu'une seule obsession: se bâtir, pour lui et sa famille, une fortune colossale, qui se chiffre certainement en milliards de dollars, entièrement volés aux Sénégalais eux mêmes!
Qu'ont fait les Sénégalais, pendant tout ce temps: ils ont laissé le champ libre à ce traitre, ils l'ont laissé se servir impunément et à satiété dans les caisses du pays, seul trésor qui appartient et n'appartient qu'aux Sénégalais eux mêmes! Ils l'ont laissé se servir, ils l'ont laissé dépecer le foncier, terre des Sénégalais s'il en est, ils l'ont laissé dilapider à son profit et au profit des siens, les richesses naturelles, et qu'ont-ils dit? qu'ont-ils fait? Rien ou pas grand chose. Monsieur Ousmane SONKO a été le seul à s'élever, mais, de par ses incartades, Monsieur SONKO a perdu beaucoup de sa crédibilité, de sa sincérité, et de sa faculté à endosser le costume de Président de la République Sénégalaise. Qui connait le programme de Monsieur SONKO? personne, à part s'opposer à Macky SALL, ce qui est à mes yeux une qualité et une vertu qui l'honore, mais après? Monsieur SONKO a un rendez-vous judiciaire, déplacement de tous les dangers, plus pour Monsieur SONKO que pour les Sénégalais eux-mêmes. Tout a été verrouillé, la corruption a régné en maître, les lois ont été bafouées, la constitution foulée aux pieds par le Président de l'APR. Depuis de nombreuses années, j'ai attiré l'attention dans ces mêmes colonnes, de la dérive démocraturiale, puis dictatoriale, de ce régime constitué d'une véritable armée mexicaine de voyous et autres délinquants, en cols bleus devenus blancs: Pendant ce temps, les Sénégalais dormaient tranquillement. Il y a eu les élections truquées, celles de 2019 par exemple, qui s'en est soucié?
Lorsque l'on parle de dictature, on a tout de suite à l'esprit la Corée du Nord, et heureusement, le Sénégal n'est pas la Corée du Nord. Mais il est des dictatures bien plus dangereuses, parce que bien plus sournoises, bien plus rampantes, mais diablement plus efficaces.
Personne ne s'est soucié du renforcement colossal, en matériel, à la disposition des forces de l'ordre: A votre avis, c'est pour quoi faire?
Le présent, comme la suite, est malheureusement connu d'avance: MACKY SALL ne lâchera JAMAIS le fauteuil de président. Son intention n'est pas de faire un troisième mandat, mais d'en faire quatre! et cette idée là, il l'a dans la tête depuis et même avant 2012. Il n'a qu'une piètre considération du peuple sénégalais, et a toujours été persuadé que s'il ne dirige pas le pays d'une main de fer, il n'arrivera à rien. Tout ce qui se passe en ce moment, est totalement orchestré, organisé par le Palais. Plus il y aura de chaos, plus le pays sera à feu et à sang, et plus le Président sera content, car cela sert et servira son plan. Il fera avaliser sa candidature par le Conseil constitutionnel fantoche et aux ordres, il y aura des émeutes sanglantes, il marchera sur des cadavres, mais il sera élu en 2024, et les Sénégalais laisseront faire, car ils ne veulent pas d'une guerre civile dont personne, en raison ne veut, sauf lui, si cela sert ses intérêts et une telle situation les servira. Il ne veut pas lâcher le fauteuil, il ne le lâchera pas, et même s'il décidait de ne pas se représenter, il ne le peut pas, car la décision ne lui appartient pas à lui seul: il a derrière lui toute la famille, bien sûr mais surtout tous les mange-mil, souvent incultes et illettrés, qu'il a enrichis à satiété, et qui n'entendent pas s'arrêter en si bon chemin. Alors, oui, et malheureusement, l'année 2023 sera une année maudite pour les Sénégalais, mais malheureusement, notre homme sait très bien que les Sénégalais n'iront pas jusqu'au bout, c'est à dire prendre les armes contre leurs frères, alors que lui est prêt à tout, y compris marcher sur les cadavres.
Ne jamais oublier ce que STALINE (autre dictateur sanguinaire) disait:
"Un mort, c'est un évènement, des milliers de morts ce sont des statistiques".
Entre un Macky SALL déterminé, et armé jusqu'aux dents, et un peuple, même remonté, mais désarmé et surtout non violent, qui croyez-vous qu'il va gagner?
C'est exactement comme cela que naissent les dictatures, c'est aussi comme cela qu'elles finissent...un jour, oui, un jour venant!
Me François JURAIN

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter