Connectez-vous

Anse Bernard : un programme d’urgence pour annihiler le bradage du site en parcelles par l'ancien régime

Lundi 1 Juillet 2024

Véritable site historique situé sur le littoral-est, « Anse Bernard » n’a pas échappé à l’appétit vorace des marchands du foncier. Selon le premier ministre Ousmane Sonko, cette zone très fréquentée par les populations et source de revenus pour de nombreux pêcheurs et activités connexes a été morcelé et vendu après avoir été morcelé en plusieurs parcelles en novembre 2023, soit trois mois avant la date initiale de l’élection présidentielle du 25 février 2024 finalement tenue le 24 mars suivant. 

 

« Certains des bénéficiaires ont obtenu 5000 mètres carrés, d’autres 3000 mètres carrés, d’autres 2500 mètres carrés alors que toutes ces parties font partie du Domaine public maritime », a révélé Ousmane Sonko en visite sur les lieux dimanche 30 juin dans l’après-midi. 

 

Selon le premier ministre, il est inacceptable que le Domaine public maritime soit l’objet d’accaparement par des individus alors qu’il doit rester accessible pour tous les Sénégalais en tant que bien naturel collectif. 

 

Ousmane Sonko a dénoncé « une situation grave pour le peuple sénégalais, notamment pour sa jeunesse, qui a besoin d’accès à une plage pour se détendre. Il s'agit d'un domaine public maritime auquel il ne faut absolument pas toucher ».

 

Le premier ministre a ensuite fait allusion à de fortes possibilités d’enrichissement illicite pour les bénéficiaires de ces opérations foncières « aux procédures très complexes ».

 

« Il est inacceptable d’octroyer ces terres à des privés, notamment des hôteliers, au détriment du peuple. Celui qui reçoit 5 000 m², on peut considérer qu’on lui a remis 10 milliards de FCFA, car le mètre carré tourne entre 1,8 et 2 millions de FCFA. »

 

Sur place, Ousmane Sonko a instruit le ministre de l’Urbanisme, des Collectivités territoriales et de l’aménagement des territoires de mettre en oeuvre un plan d’urgence visant à rendre le site plus accueillant et ouvert au public, en particulier la jeunesse du Plateau et d’ailleurs. 

 

Une Commission multipartite supervisée par la primature est à l’oeuvre depuis mai 2024 pour l’audit des occupations sur tout le littoral sénégalais. Les résultats de ses investigations seront rendus publics « dans les prochains jours », a indiqué le premier ministre. 

 

Cette descente sur le terrain avait été annoncée le même jour par le chef du gouvernement sur ses plateformes de réseau social, de même qu’une rencontre à Colobane avec les acteurs concernés par les opérations de déguerpissement entreprises par certaines collectivités territoriales dont la commune de Fass-Gueule Tapée-Colobane. [IMPACT.SN avec APS]

 
Nombre de lectures : 527 fois











Inscription à la newsletter