Connectez-vous

« À propos des mercenaires et dames de compagnie du chef de clan Macky Sall » (Opinion d’un citoyen sénégalais de la Diaspora).

Jeudi 7 Janvier 2021

Décidément, après la causerie voire la mise en scène du chef de clan Macky Sall pour camoufler d’une part - ses échecs, son incompétence, ses tergiversations sur le mandat, ses reniements, ses provocations, son rire sarcastique, ses rapports conflictuels avec la vérité, son mutisme sur la souffrance de nos concitoyens, son incapacité à faire asseoir son autorité sur ses ouailles, sa faiblesse sur les pilleurs chevronnés de sa coalition et d’autre part, pour balayer d’un revers de main avec condescendance des accusations jugées scandaleuses et injustifiées sur sa gestion du pouvoir, sur sa politique, sur ses réalisations, sur sa vision futuriste d’un Sénégal en marche vers le progrès, sur la vitalité ou sur la compétitivité de notre économie et ce malgré tous ses efforts, sa foi inébranlable au service exclusif et à la défense des intérêts légitimes de la nation, nous espérons, ne serait - ce le temps de l’éclosion d’une rose, retrouver nos esprits malmenés , pétrifiés ou mieux déboussolés comme dans une vision cauchemardesque après sa  représentation théâtrale du pays? Mais non, même cette accalmie n’est guère possible. En vérité, pour les gens du pouvoir, nous n’avons encore rien vu. Notre capacité d’indignation n’a pas encore touché le plafond et reste encore à éprouver davantage...
 
Et, c’est ainsi, que le ministre de l’Intérieur Antoine Félix Abdoulaye Diome prend le relais et embouche la trompette de son mentor, le chef de clan Macky Sall, à des heures indues de la nuit pour siffler la fin de la récréation, du non respect de la loi et brandir une menace de  dissolution du parti de monsieur Ousmane Sonko après un lancement réussi d’une levée de fonds en faveur de Pastef - Les Patriotes. Personne ne pouvait s’attendre à un lever de boucliers du pouvoir, pris soudainement de panique par cet engouement populaire, pour combattre de cette façon déloyale un parti qui n’en était pas à sa première tentative, ni même de l'éventualité d’une telle machination du chef de clan Macky Sall, qui est le seul responsable de la précipitation malencontreuse du ministre Antoine Diome. Rien ne saurait justifier cet excès de zèle.
 
Pourquoi le ministre de l’Intérieur n’a pas jugé nécessaire de garder son flegme et de sortir son arrêté même sous la dictée de Macky Sall en plein jour en y mettant les formes ? Le traquenard est tellement gros qu’il laisse entrevoir une conspiration. Nous en sommes abasourdis de découvrir que nous les Sénégalais de la Diaspora, n’étions que des étrangers aux yeux de nos gouvernants, une entourloupe du ministre de l’intérieur pour justifier son communiqué. Pourtant, des étrangers qui ne cessent de participer depuis plusieurs décennies à un élan de solidarité en vue de sauver tout simplement le pays d’une situation de faillite ou de famine alors qu’au moment ces politiciens, les véritables nationaux pillent le pays de fond en comble, toute honte bue. Et ceux sont ces gens là, par le biais de manœuvres ignobles, veulent tout simplement nous déposséder de notre nationalité sénégalaise ou faire de nous autres enfants nés au pays de la Teranga et établis hors du territoire national des apatrides non reconnus par nos pays de résidence. Malgré tout ce bannissement et cette non reconnaissance de notre qualité de fils et de filles de parents sénégalais par une horde d’apprentis sorciers, pourquoi nos politiciens professionnels de l’APR quémandent toujours voire achètent nos votes selon les cas à coup de milliers d’Euros ou de Dollars le suffrage de gens considérés à juste titre comme des étrangers lors des consultations électorales sénégalaises ? Cherchez l’erreur ! Un exemple anodin juste pour démontrer la mauvaise foi du chef de clan Macky Sall et de ses mercenaires.
 
Dites - nous, messieurs les dames de compagnie, qu’est-ce qui a empêché le ministre - magistrat Antoine Diome de tirer la sonnette d’alarme bien avant que le parti Pastef - Les Patriotes n’entame son initiative de levée de fonds pour interpeller les responsables et décrire avec précision les contours de la loi du 6 Mai  1981 modifiée par la loi du 4 Octobre 1989 relative au financement des partis politiques au Sénégal afin que nul n’en ignore la portée ? Pourtant, le ministre de l’Intérieur ne pouvait pas ignorer cette campagne parce qu’elle était annoncée et assumée par le premier responsable de Pastef, le député monsieur Ousmane Sonko.
 
Même si, le montant récolté de 125 millions de francs CFA, peut choquer voire interpeller un vieux communiste de la gauche radicale, monsieur Ibrahima Sène du PIT, un véritable râtelier, revenu sain et sauf d’une longue lutte dans la clandestinité, le fruit d’un travail acharné avec d’autres camarades contre le régime de terreur du président-poète  Léopold Sédar Senghor, qui aujourd'hui, dépose les armes en oubliant tous ses combats d’antan pour la liberté tout simplement pour aller à la soupe du chef de clan Macky Sall en train de revisiter les pages sombres de l’histoire politique du Sénégal, en revanche, les patriotes de Pastef, pour une initiative de cette ampleur médiatique boostée par les réseaux sociaux, devaient prendre des gardes fous en vue d’empêcher le cri des loups voire les mesquineries sauvages de pestiférés, même si toute oeuvre humaine est à parfaite. En effet, des gens de cet acabit ne cherchent qu’une petite faille en vue de s’agripper sur une loi même obsolète pour essayer de dénicher la petite bête avec l’appui d’experts ou de tailleurs juridiques, et ainsi ameuter la troupe des dames de compagnie. Nous ne pouvons penser une seule fois que monsieur Ousmane Sonko et les responsables de Pastef - Les Patriotes étaient motivés par un désir effréné de violer les lois et règlements du pays en connaissance de cause alors qu’ils savent pertinemment que le chef de clan Macky Sall et ses justiciers cherchent l’occasion inespérée pour démanteler leur parti et mettre un terme définitif à leurs carrières politiques.
 
A tous ces sieurs de la plume Madiambal Diagne, El Hadji Kassé, ou à d’autres mercenaires encagoulés dans le champ médiatique en passant à ces deux personnages sans épaisseur de l’Assemblée nationale, des béni oui-oui à l'instar de son président sorti de nulle part Aymérou Gningue, président du groupe parlementaire Benno Bokk Yakaar et son premier vice - président Abdou Mbow qui essaient avec des procédés déplorables de voler au secours du ministre de l’Intérieur Antoine Félix Diome, un autre bras armé du chef de clan en personne, qui en appellent au respect de la loi, où étiez-vous lorsque le candidat Macky Sall se réjouissait de bénéficier des largesses de nos compatriotes de la Diaspora qui lui ont permis de se doter d’un capital financier important pour pouvoir dérouler sans crainte ses activités politiques ? Pourquoi donc devriez-vous, aujourd’hui, ruer dans les brancards pour jeter l’anathème sur le parti Pastef - Les Patriotes, qui essaie de mener ses activités dans la transparence et qui ne dispose pas des ressources de la République alors qu' au vu et au su de toutes la nation sénégalaise, les responsables politiques de l’APR, des directeurs de société, des ministres, des hauts fonctionnaires se servent goulûment sur nos deniers publics pour entretenir une clientèle politique, parcourir nos villes et villages pour massifier le parti du chef de clan, et pour s’enrichir également ? Personne ne vous entend vous offusquer sur ces nombreux cas de prévarication de nos maigres deniers publics. Halte à la propagande et à la manipulation politicienne.
 
En vérité, l’initiative du parti Pastef - Les Patriotes s’inscrit fondamentalement et de manière résolue dans une volonté de transparence ou une façon de faire la politique autrement et de façon solidaire avec toutes les forces vives de la nation qui aspirent à un changement significatif dans nos rapports avec la chose publique qui choquent et dérangent fondamentalement les gardiens du système d’accaparement systématique de nos deniers publics depuis 1960. Ces gens pensent tout bêtement que l’éthique est impossible en politique ou alors, elle n’est que le pain des sots qui veulent tout de même une place au  soleil. C’est cette idée diabolique qui oriente et dicte toutes leurs manœuvres du chef de clan Macky Sall dans le seul dessein de salir d'honnêtes citoyens. Bien avant que le leader de Pastef - Les Patriotes, monsieur Ousmane Sonko ne se positionne comme une force politique majeure, nous avions clairement signifié sans ambages que sa posture serait en butte avec les acteurs du système politico - maraboutique, qui par ailleurs, ne lui feront aucun cadeau :

https://www.impact.sn/Le-candidat-Ousmane-Sonko-a-l-epreuve-du-systeme-politico-maraboutique-du-pays-de-la-Teranga_a11344.html
 

Certes, nous ne perdons jamais de vue que le champ politique est du domaine de la lutte et de la confrontation d'idées ou de programmes socio-économiques. Cela ne pose aucun problème à un démocrate, respectueux des règles du jeu politique, mais uniquement dans la légalité et dans la loyauté. Au-delà, on sort du champ politique pour laisser place à la violence gratuite, aux exactions et autres formes d’intimidations. Malheureusement, aujourd’hui, c’est là où nous en sommes avec le régime du chef de clan Macky Sall, qui veut tout simplement nous confiner et pour longtemps dans la terreur  afin que nous renoncions à dire la vérité et à défendre nos droits et libertés.
 
Sinon, dites-nous, messieurs les mercenaires et autres dames de compagnie, pourquoi cette volonté de nuire consistant à penser une seule fois que des terroristes, par le biais de la collecte de fonds de Pastef - Les Patriotes, veulent appuyer par des voies détournées monsieur Ousmane Sonko en vue de déstabiliser le Sénégal et y installer le chaos. Sommes- nous alors, nous citoyens sénégalais établis dans la Diaspora et qui avons apporté notre soutien financier au parti Pastef - Les Patriotes, des terroristes ? Quel affront et quel mépris du chef de clan et de sa bande de thuriféraires zélés. Et, si nous sommes vraiment des terroristes, pourquoi donc, l'État du Sénégal  nous octroie des subsides en vue de faire face à la pandémie du Coronavirus pour les personnes qui ont été les plus touchées par la crise sanitaire. Entre nous, qui bénéficierait d’un tel crime odieux? Pas Ousmane Sonko et les patriotes de Pastef en tout cas. Ce serait l’occasion pour vous, cerise sur le gâteau, de les arrêter et de décréter l’état de siège pour continuer en toute impunité votre bamboula à la tête de l’Etat. Ces gens du pouvoir ne sont animés que par une méchanceté perfide.
 
Toutefois, nos concitoyens doivent être très vigilants parce que les gens à qui nous avons affaire, sont capables de tout et n’ont aucune moralité. Ces gens ne se gêneront  nullement à sacrifier le peuple tout entier pour rester au pouvoir en vue de pour sauver leurs peaux de délinquants et ainsi, couvrir leurs forfaitures et autres crimes économiques qui jalonnent la gouvernance nauséabonde et le parcours du chef de clan Macky Sall depuis l’alternance de l’an 2000.
 
Fort de ce constat, et très modestement, nous appelons monsieur Ousmane Sonko, le parti Pastef - Les patriotes, les militants et sympathisants du pays et de la Diaspora à redoubler de vigilance citoyenne afin de parer à tous les coups tordus du chef de clan Macky Sall et de ses mercenaires, à tous les sabotages à venir parce qu’ils sont capables d’infiltrer les instances du parti en vue de porter des attaques pour salir sa réputation ou même d’acheter depuis l’étranger des ressortissants de la sous région, qui leur serviront de boucliers en vue de pouvoir justifier sur le tard leurs ignobles manigances. Sans ce devoir de vigilance et un sens aigu de la responsabilité, le parti Pastef - Les Patriotes risque d’être la prochaine victime d’un banditisme d’Etat.
 
Par ailleurs, messieurs les mercenaires et autres dames de compagnie du chef de clan Macky Sall, après vos inepties voire vos attaques sur les Sénégalais de la Diaspora, comme vous nous y invitez, parlons-nous du respect de la loi ? Nous vous le concédons et même mieux, sans le respect des lois et règlements, personne n’est à l’abri de l’arbitraire, de l’abus de pouvoir, de l’injustice sous toutes ses formes. Le respect de la loi est le fondement de toute société humaine. Ainsi, commençons d’abord pour faire appliquer les lois et règlements à l’ensemble du corps social et des pouvoirs constitués. Nous n’avons pas d’autre choix à moins que nous soyons réfractaires à ce tout qui ressemble à la transparence. Puisque que vous ne pouvez ni accepter ni tolérer les procédés du parti Pastef- Les patriotes, pourquoi donc, vous ne demandez pas à votre mentor de mettre en application les résultats de son fameux dialogue national sur le financement des partis politiques et du statut du chef de l’opposition ?  Au fait, qu’est ce qu’en pense maintenant le virtuose et chef d’orchestre de la tortuosité, monsieur Idrissa Seck, après son passage avec fracas dans les prairies du chef de clan Macky Sall ?
 
Également, quant au respect de la loi, messieurs les mercenaires et autres dames de compagnie, pourquoi votre chef, monsieur Macky Sall refuse de faire sa déclaration de patrimoine, n’est ce pas une obligation légale ? Mais encore, messieurs les mercenaires et autres dames de compagnie, pourquoi lorsque vous êtes invités sur les plateaux de télé sur la question du troisième mandat, vous rasez les murs et refusez de vous prononcer en votre âme et conscience par crainte d’une sanction du chef de clan Macky Sall au prix de votre indignité.  Messieurs les mercenaires et autres dames de compagnie,  jugez vous juste le fait que Macky Sall refuse de transmettre des dossiers de détournements de deniers publics à la justice afin qu’elle fasse son travail tout simplement. N’est-ce pas le même homme, le candidat Macky Sall qui tenait ces propos de campagne : Il n’ y a pas de citoyens de première catégorie ni des citoyens de seconde zone. Tous les citoyens sénégalais sont égaux devant la loi ? N’est-ce pas encore le chef de clan Macky qui nous disait: « Je ne protégerai personne, je dis bien personne. »
 
Messieurs les mercenaires et autres dames de compagnie, que pensez-vous de ces déclarations scandaleuses de Macky Sall lors de sa causerie théâtrale du 31 Décembre 2020 : Il y a au Sénégal un risque qu’il faut à tout prix éviter, l’arrestation de certaines personnes ? Un pied de nez à la magistrature. Et, vous osez encore nous sermonner sur le respect de la loi ?  Ayez de la décence, du courage et un peu de dignité, pour dire la vérité au chef de clan Macky Sall parce qu’il est, aujourd’hui, le premier de la liste à bafouer au quotidien les lois et règlements de la République.
 
Enfin, messieurs les mercenaires et autres dames de compagnie, au lieu de passer tout votre temps à diaboliser des citoyens sénégalais, qui tout compte fait, veulent travailler pour l’amélioration des conditions de vie de nos concitoyens et changer les pratiques démoniaques qui ont encore cours au pays de la Téranga depuis l’indépendance et qui ont fini par détruire le tissu social et ses cadres de référence. Et, c’est à ces valeurs que le parti Pastef - Les Patriotes nous appelle pour une transformation substantielle du pays par le biais du travail, du don de soi pour la patrie, par le respect du bien commun qui appartient à tous les citoyens sénégalais sans aucune distinction et indépendamment de notre lignée, de notre appartenance confrérique, de nos us et coutumes.
 
Messieurs, les mercenaires et autres dames de compagnie, vous avez certes le droit de ne pas souscrire ni accompagner cette offre politique parce que pour une raison ou pour une autre, elle s'attaque à des privilèges que vous avez obtenus sur le dos du peuple, mieux personne ne vous interdit de la combattre, mais de grâce dans la retenue et le respect, et non dans un concert d'attaques ignobles. Le chef de clan Macky Sall n’en vaut pas du tout la peine parce qu’en réalité, en homme libre issu d’une lignée royale, hier, avait accepté la domination de  maître Abdoulaye Wade qui lui faisait porter ses combats les plus douteux (les chantiers de Thiès, l’acte d’accusation devant les corps diplomatiques). Ironie de l’histoire,  seuls des traîtres dans l’âme peuvent se retrouver après autant d'attaques et de coups bas. Au demeurant, personne n’a oublié ses attaques perfides à l’encontre de l’ancien président du Conseil Mamadou Dia, un homme du refus, d’un digne patriote, un homme généreux que le Seigneur des mondes lui ouvre les portes de la félicité éternelle, pour s’attirer les grâces du Napoléon africain des temps modernes.
 
C’est cet homme, Macky Sall, appuyé et soutenu même dans le déni par une multitude de marabouts aphones sur la souffrance de nos concitoyens, sur  les exactions et sur les crimes économiques odieux, que nous avons eu le malheur de porter à la tête du pays en 2012, et qui, depuis, prend un malin plaisir à nous narguer en foulant au pied toutes les règles d’une gestion rigoureuse et efficiente de nos ressources et potentialités économiques. Cet homme, Macky Sall, n’est ni un modèle de droiture, ni un patriote, encore moins une personne à qui on doit faire confiance. Constatez le vous-même. Sa conduite d’homme pas du tout fiable se passe de commentaire.
 
Que le Seigneur des mondes vienne en aide à toutes ces personnes de bonne volonté qui, inlassablement, œuvrent au quotidien en vue de  permettre à tous les fils et filles du Sénégal une vie meilleure dans la dignité loin des compromissions avilissantes.
massambandiaye2012@gmail.com
 
 
 
 
Nombre de lectures : 273 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter