Connectez-vous

A propos de l’arrestation de Monsieur Boubacar Sèye.

Mercredi 20 Janvier 2021

Aujourd’hui, au Sénégal, il est à la fois triste et révoltant de constater au quotidien que le régime de terreur du chef de clan, Macky Sall, poursuit inlassablement sa politique de restriction monstrueuse de nos droits et libertés. L’arrestation de notre compatriote, le président de l’Ong Horizons sans Frontières, monsieur Boubacar Sèye, constitue un exemple édifiant d’un régime aux abois qui ne tolère plus ou n’accepte plus que des voix se lèvent au grand jour pour s’interroger voire questionner sur la gestion du bien public.
 
En quoi le simple fait de poser des questions sur la manière dont sont gérés et/ou utilisés les fonds de l’Union Européenne destinés à la lutte contre l’immigration clandestine, peut-il être assimilé à une volonté de porter atteinte à l’honorabilité de l’Etat du Sénégal ? Au juste, est-ce un délit, aujourd’hui à Ndoumbélane, d’interpeller nos autorités publiques sur la question migratoire lorsqu’on sait que des milliers de nos concitoyens ont perdu la vie en essayant de fuir ce pays de trous à rats ?
 
S’il ne nous est plus permis de donner notre opinion sur la marche du pays, que le chef de clan Macky Sall nous le dise ou qu’il ait tout simplement le courage de légiférer sur cette question, à partir du moment où il détient à ce jour tous les pouvoirs et agit au quotidien en dictateur. Même par effronterie, si cette idée périlleuse pour son régime liberticide venait à être matérialisée en procédant à l’arrestation de toutes les personnes qui dénoncent les scandales et le pillage de nos ressources publiques, le chef de clan Macky Sall n’arrivera jamais à éteindre le flambeau de la liberté, notre droit non négociable de critiquer en toute objectivité sa politique. Que reproche-t-on à notre compatriote, monsieur Boubacar Sèye ? Exprimer le fond de sa pensée en touchant du doigt là où ça fait très mal et qui au demeurant, continue de hanter le sommeil de nos gouvernants : les milliers de morts ensevelis sous les eaux depuis 2005.
 
Pourtant, il n’est pas le premier à soulever la question de l’utilisation des fonds européens contre l’immigration clandestine et de leur impact réel sur le sort des personnes et /ou des zones de départ des migrants. Et, ce n’est pas un secret de polichinelle. Le seul tort de notre compatriote, monsieur Boubacar Sèye, aux yeux de la justice politicienne du chef de clan Macky Sall, est d’avoir eu l’outrecuidance de porter cette question sur la place publique et en le rendant accessible au citoyen lambda en utilisant le Wolof comme vecteur de communication.
 
L’arrestation de notre compatriote, monsieur Boubacar Sèye m’a fortement indigné et m’a poussé à essayer de trouver des réponses ou une ébauche de réponses à ses interrogations légitimes, et qui, malheureusement énervent Macky Sall, au point qu’il actionne ses justiciers en vue de le réduire au silence. Sur ce, je vous livre le résultat de mes recherches,  qui sont pourtant à portée de main (il suffit juste d’un clic :  sn.boell.org / Une avalanche de financements pour des résultats mitigé…….), et que toute proportion gardée, peuvent nous permettre d’avoir une vue sur les importants flux financiers que nos partenaires au développement et principalement l’Union Européenne ont mis sur la table de 2005 à 2019 pour la lutte contre l’immigration clandestine. Au bas mot, ces flux financiers sont de l’ordre de 193 700 000 EUROS / 126 440 634 936, 75 Francs CFA.
 
Mieux, le rapport de l’étude - bilan sur les projets et programmes migratoires au Sénégal de 2005 à 2019, plafonne les fonds européens destinés à la lutte contre l’immigration clandestine à hauteur de 200 milliards de Francs CFA / environ 305 millions d’Euros. Cette étude a été commandée par la Fondation HEINRICH BOLL DU SÉNÉGAL. En tout état de cause, les deux régimes siamois du PDS et l’APR en matière de scandales nous doivent des explications en bonne et due forme.
 
Au lieu de gesticuler ou de bander les muscles en poursuivant une chasse aux sorcières à l’encontre de citoyens sénégalais qui ne font que s’interroger sur les fonds octroyés par nos partenaires au développement, dites - nous où sont passés tout simplement cette manne financière ? Nos concitoyens ont le droit de savoir à partir du moment où et ce malgré l’appui financier de l’UE, nos jeunes continuent de plus belle à quitter le Sénégal en masse. Constatez votre échec et rendez nous compte de votre gestion ni plus ni moins.
 
Au lieu de s’acharner sur notre compatriote, monsieur Boubacar Sèye, le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye  puisqu’il est à la recherche de preuves, pourquoi, il ne consulte pas ce rapport pour mesurer l’ampleur de ces financements et de chercher en toute objectivité comment ils ont été utilisés par les pouvoirs publics ? Ou à tout le moins de vérifier si les fonds n'ont pas été utilisés pour d’autres finalités ? Si, c’est le cas, nous sommes dans le cadre d’abus de biens sociaux et il aura donc l'opportunité de poursuivre les mis en cause.
 
Je saisis de cette opportunité pour interpeller la société civile sénégalaise sur la question des financements de l'UE contre l’immigration clandestine. Notre compatriote, monsieur Boubacar Sèye, n’a rien à faire en prison. Au juste, monsieur le procureur Serigne Bassirou Guèye, où en êtes vous avec l’affaire BOUGHAZALY, celle des tortionnaires des camps de redressement de Serigne Modou Kara et les autres dossiers de l’OFNAC etc. Il se fait tard et vous avez du pain sur la place. Assumez votre mission. Le peuple vous observe.
massambandiaye2012@gmail.com

Annexe 2 : Répertoire des projets et programmes mise en œuvre
 
Projet et programme  Objectifs Structures de mise en  œuvre Financements mobilisés Bailleurs de  fonds Durée
Projet de renforcement des capacités de  gestion de la migration et de lutte contre  la migration irrégulière Lutter contre la migration irrégulière OIM 1,2 millions d’euros. Union euro
péenne
Mars à oc
tobre 2017
Programme d’Appui aux Initiatives de  Solidarité pour le Développement Promouvoir le co-développement dans les régions d’origine à travers l’organisation de missions d’experts séné galais en France et de volontaires de la solidarité et financement de projets de développement local portés par des  associations des migrants établis en France en faveur de  leur localité d’origine Direction de la coopération technique
Agence de développe
ment et d’encadrement  des PME (ADEPME)
 (Direction générale d'appui aux Sénégalais de  l’extérieur (DGASE)
Le financement est passé de plus de 4  millions d’euros pour la période 2005  à 2008, à 9 millions d’euros de 2009 à  2011. Il a été financé à hauteur de plus  de 2 millions d’euros pour la période  2013-2016. France (AFD)
Sénégal
Début en 
2005 et 
toujours en 
cours
Transfer of Knowledge Through Expatriate Nationals (TOKTEN) Mobiliser l’expertise de la Diaspora sénégalaise hautement qualifiée pour le développement économique et social du Sénégal. PNUD 775 560 dollars US dont 500 000 du  PNUD et 275 000 au titre de la contribution du Sénégal PNUD
État du Sénégal
2009-2012
Migration pour le Développement en  Afrique (MIDA) Mobiliser les compétences des migrants sénégalais pour  le développement du pays à travers des projets agricoles  au Sénégal portés par des associations de la diaspora  et des migrants ainsi que des projets de création d'entreprises par des femmes migrantes sénégalaises OIM  Entre 8 et 2 millions de dollars US Union euro
péenne
2006-2010
Plateforme d’appui au secteur privé et à  la valorisation de la diaspora sénégalaise  en Italie Renforcer le potentiel économique de la communauté  sénégalaise en Italie et plus largement des migrants de  retour Direction de la microfi
nance du Sénégal
Financement de 23,7 millions d'euros Contribution de 350 000 euros du  Sénégal Gouvernement  d’Italie Mis en œuvre  depuis 2009  et toujours en  cours
L’Initiative Conjointe pour la Migration et  le Développement Développer des outils économiques pour les migrants afin  de faciliter leurs investissements, 
Mise en œuvre à travers deux projets dans le cadre desquels ont été expérimentés les « help desks » (systèmes  d’information et d’accompagnement de migrants) : Jappando (Diourbel) et PAICODELS (Sédhiou) dans le
OIM
ARD de Diourbel et de  Sédhiou
230 000 $ US Union Euro
péenne et Direction suisse du  Développement  et de la Coopération
2013-mi 2016
 
 
Projet BIT- MIGRANT : Projet Bonne  Gouvernance de la migration du travail Renforcer les institutions et améliorer les mécanismes  d’intermédiation du travail et de la gestion des flux migratoires appuyer un système d’incitation au retour et de  réinsertion dans le pays d’origine pour encourager la circularité de la migration, promouvoir une meilleure et une  plus grande insertion du travail des femmes travailleuses  migrantes BIT 2 millions d’euros Ministère du 
Travail et de 
l’Immigration de  l’Espagne
2008-2012
Projet de Renforcement des dynamiques  communautaires des associations et  groupements féminins dans la lutte contre  les phénomènes migratoires irréguliers Sensibiliser sur les dangers de l’émigration clandestine Fédération des asso
ciations féminines du 
Sénégal
123 191 801 FCFA Union euro
péenne
2011-2013
Projet CARIMA (Centre d’accueil et d’accompagnement pour la réinsertion et  l’insertion des migrants africains) Accompagnement d’une centaine de migrants de retour  dans les localités de Ziguinchor, Thiès, Louga et Dakar ENDA DIAPOL  106 000 euros Union euro
péenne
Espagne
2012-2015
 
 
Projets et programmes migratoires au Sénégal : une avalanche de financement pour des résultats mitigés Rapport de l’étude-bilan sur les projets et programmes migratoires au Sénégal de 2005 à 2019
Annexe 3 : Liste des projets financés dans le cadre du Fonds fiduciaire d’urgence 
de l’Union européenne au Sénégal
 
Projet Objectifs  Budget en euros Chef de file pour la mise en œuvre
Projet d’appui à la réduction de  l’émigration rurale dans le bassin  arachidier 
PARERBA
Développer une économie rurale dans les régions du bassin arachidier (Diourbel, Fatick, Kaffrine, Kaolack et Thiès) favorisant la  création d’emplois durables agricoles et non agricoles et contribuant à la sécurité alimentaire. 18 000 000  Agence belge de développement (ENABEL)
Plateforme d’appui au Secteur Privé et de valorisation de la diaspora  sénégalaise en Italie 
PLASEPRI
Réduire la migration et favoriser le retour des migrants, en particulier depuis l’Italie, par la création d’emplois dans des régions  ciblées, qui se caractérisent par un fort taux d’émigration. Améliorer la coordination entre les MPME et les Instituts d'Éducation et de Formation Professionnelle, à travers un mécanisme  d’incitation à l’embauche de jeunes formés.
Mettre en place des dispositifs facilitant l’accès au financement  pour les MPME.
14 300 000 Coopération italienne
« Tekki fii » – Développer l’emploi  au Sénégal: renforcement de la  compétitivité des entreprises et de  l’employabilité dans les zones de  départ Renforcer le tissu d’entreprises locales
Élargir l›accès équitable à la formation professionnelle, Favoriser  l›accès au financement des bénéficiaires
Informer sur les opportunités économiques au Sénégal
40 000 000 1) Agence Française de Développement
2) LUXDEV - Luxembourg
Projet d’Appui à la réduction de  la migration à travers la création  d’emplois ruraux au Sénégal, par  la mise en place de fermes agricoles villageoises et individuelles  PACERSEN Contribuer à la création d’emplois et de richesse dans les régions  plus susceptibles à la migration irrégulière à travers l'aménagement de terres par des fermes agricoles Natangué et à l'accompagnement technique et la formation des agriculteurs et agricultrices. 20 000 000 1) AECID - Agence Espagnole de Coopération Internationale  au Développement
2) Agence italienne de coopération internationale
Gouvernance inclusive de la migration au Sénégal en vue d’améliorer  la synergie Migration et Développement Renforcer les stratégies nationales en matière de politique migratoire, en particulier la mise en œuvre de la Politique nationale de  migration
Renforcer les capacités de la DGASE et des Bureaux d’Accueil,  d’Orientation et de Suivi des Sénégalais de l’Extérieur (BAOS) Soutenir la participation des migrants au développement économique national
9 500 000  Agence Espagnole de Coopération Internationale 
au Développement (AECID)
Initiative UE-OIM pour la protection  et la réintégration des migrants au  Sénégal Contribuer à la protection et la réintégration des migrants de retour.
Renforcer les mécanismes en faveur d’une prise de décision  éclairée des migrants et des potentiels migrants quant à leur parcours migratoire.
7 000 000 OIM Organisation internationale pour les Migrations
Résilience des populations les plus  vulnérables face aux crises nutritionnelles et alimentaires dans les  zones de départ de Podor, Ranérou, Matam et Kanel Améliorer la capacité de résilience des populations locales et  l’accès aux services de base avec un accent mis sur les plus vulnérables dans les zones de départ de Podor, Ranérou, Matam et  Kanel en améliorant les conditions de vie pour prévenir la migration irrégulière. 8 000 000 AECID - Agence Espagnole de Coopération Internationale  au Développement
Normalisation des conditions de  vie des populations directement  affectées par le conflit en Casamance Assurer la couverture des besoins de base des plus vulnérables à  travers le développement d’activités génératrices de revenus, Assurer un accès facilité des populations à l’eau potable, à l'assainissement et à l’hygiène. 4 500 000 Comité International de la Croix Rouge (CICR)
 
 
 
Projet de renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle  dans la région de Matam Renforcer l’accès, la disponibilité et la diversité des aliments en  milieu rural dans la région de Matam tout en développant les  connaissances et les bonnes pratiques nutritionnelles des populations et des acteurs de la zone. 1 100 000 Agence d’Aide à la Coopération Technique et au Développement  (ACTED)
Renforcement de la gestion et de  la gouvernance des migrations,  retour et réintégration durable au  Sénégal et accompagnement des  investissements de la diaspora  sénégalaise Soutenir le retour et la réintégration de 3000 migrants Appuyer les partenaires gouvernementaux dans leurs capacités  à fournir une assistance à la réintégration et la protection de migrants vulnérables. 27 900 000 1) Agence Française de Développement (via le PAISD)
2) Agence Espagnole de Coopération Internationale au Développement  (AECID)
3) OIM – Organisation Internationale pour les Migrations
Groupes d’Action Rapide – Surveillance et Intervention 
GAR-SI
Renforcer les capacités de contrôle du territoire par la gendarmerie nationale (ratissages, opérations d’étanchéité des frontières). 6 400 000 Fondation internationale ibéro-américaine pour l’administration et les  politiques publiques (FIIAPP)
Programme d’appui au renforcement du système d’information  de l’état civil et à la création d’un  fichier national d’identité biométrique Moderniser l’état civil par la mise en place d’un appui au pilotage  stratégique, par une amélioration de l’offre (accessibilité des  centres, formation des acteurs, archivage, etc.) et de la demande  (campagnes de sensibilisation, éducation civique, etc.). 28 000 000 CIVIPOL cabinet –Agence belge de développement (ENABEL)
Partenariat Opérationnel Conjoint  (POC) de lutte contre l’immigration  irrégulière et le trafic de migrants  au Sénégal Lutter contre les réseaux criminels liés à l’immigration irrégulière,  à la traite des êtres humains et de trafic de migrants au Sénégal. 9 000 000 CIVIPOL cabinet
TOTAL   193 700 000 euros  
 
 
Source : https://ec.europa.eu/trustfundforafrica/region/sahel-lake-chad/ senegal_en, date de consultation : 17 mai 2019
 
Annexe 4 :
Autres projets compilés mais sans  disposer de données spécifiques  sur les budgets
 
Assistance au retour volontaire de  migrants irréguliers et réinsertion  économique – OIM ;
Promotion de la migration légale et  lutte contre la migration irrégulière  – OIM ;
Faciliter une approche cohérente de  la gestion des migrations au Sénégal  – OIM ;
Profil migratoire national pour le  développement de politiques stratégiques – OIM ;
Programme thématique de coopération avec les pays tiers dans les domaines de la migration et de l’asile ;
Projet Prévention de la migration  illégale du Sénégal vers l’Union européenne ;
Projet de Renforcement des dynamiques communautaires des associations et groupements féminins 
dans la lutte contre les phénomènes  migratoires irréguliers. 
Projet de Développement local et  migration légale comme alternative  à l’immigration clandestine, financé  par l’Union européenne à hauteur  de 130 millions FCFA par l’Union  européenne et mis en œuvre par la  RADDHO entre 2012 et 2014 pour  une meilleure gestion des flux migratoires et lutter contre l’émigration  clandestine, la dynamisation du rôle  des acteurs non étatiques dans le  domaine de la migration ainsi que la  création des alternatives à l’immigration illégale des jeunes ;
Projet d’Appui à la Réinsertion des  Émigrés Clandestins (PARIE) financé par l’Union européenne pour plus  de 40 millions francs CFA ;
Projet d’Alternatives Endogènes  contre les Migrations Irrégulières  (ALEMI) financé par l’Union eu
ropéenne à hauteur de 130 millions  francs CFA et mis en œuvre à Kolda  par des organisations locales telles  que l’ADESK et la SYSED ;
Programme Afrique de l’Ouest  (PAO) - Action transnationale pour  l’intégration sociale et professionnelle d’enfants et de jeunes migrants  victimes de traite, de trafic ou  d’autres formes d’exploitations dans  la sous-région ouest africaine. Il a  été mis en œuvre par la Fondation  suisse du service social international pour un coût global de 1 680  000 euros dont une contribution de  781 500 euros.

Commanditaire : Fondation Heinrich Böll Sénégal
Consultant : Dr Mamadou Dimé, sociologue et enseignant-chercheur au Département de sociologie de l’Université Gaston Berger  de Saint-Louis
Edité par : François Patuel
Dakar, mai 2020

 
m
o
c
.
o
i
d
u
t
s
-
e
v
o
b
a
 
y
b
 
n
g
i
s
e
D
Fondation Heinrich Böll Sénégal
Rue de Louga x Impasse PE 10
BP: 49 87 - Point E
Dakar - Sénégal
T +221 33 825 66 06 F www.facebook.com/boell.senegal E info@sn.boell.org w www.sn.boell.org 
Nombre de lectures : 224 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter