Connectez-vous

A Pearl Harbor, Shinzo Abe loue le pouvoir de la réconciliation

Mardi 27 Décembre 2016

Pearl Harbor (Etats-Unis) - Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a loué mardi, lors d'une visite historique à Pearl Harbor, le pouvoir de la réconciliation, 75 ans après l'attaque surprise contre cette base qui allait précipiter l'Amérique dans la guerre.

« Le message que je veux envoyer au monde, ici, à Pearl Harbor, avec le président Barack Obama, est celui du pouvoir de la réconciliation », a déclaré M. Abe dans un discours chargé d'émotion.

« Aujourd'hui, particulièrement aujourd'hui, le monde a besoin de l'esprit de tolérance et du pouvoir de réconciliation », a-t-il ajouté.

« En tant que Premier ministre du Japon, j'offre mes sincères et éternelles condoléances aux âmes de ceux qui ont perdu la vie ici », a-t-il déclaré, Barack Obama, le visage grave, debout à ses côtés.

Le Premier ministre, qui s'exprimait en japonais, a aussi salué tous les hommes et les femmes courageux qui ont perdu la vie dans une guerre qui a commencé à cet endroit même.
« Nous ne devons jamais répéter les horreurs de la guerre », a-t-il ajouté dans un immense silence, debout entre un drapeau américain et un drapeau japonais.

Evoquant le mémorial USS Arizona, qu'il venait de visiter en compagnie du président américain Barack Obama, il a souligné avoir été saisi d'un silence absolu.
 
Préparée pendant des mois dans le plus grand secret, l'attaque éclair de Pearl Harbor - elle dura à peine deux heures - fit plus de 2.400 morts et précipita l'entrée des Etats-Unis dans la Seconde Guerre mondiale.

C'est la première fois qu'un Premier ministre japonais se rend sur le mémorial USS Arizona, construit au début des années 1960.
 
Le Premier ministre japonais a évoqué cette journée du 7 décembre 1941 avec émotion.
« En écoutant avec toute l'attention possible, avec en toile de fond le chant de la brise et le grondement des vagues, je peux presque discerner les voix de ces marins », a-t-il déclaré.

« Des voix de conversations animées, joyeuses d'un dimanche matin. Des voix de jeunes soldats qui évoquent entre eux leurs rêves. Des voix qui appellent les êtres aimés dans leurs derniers moments. Des voix qui prient pour le bonheur d'enfants pas encore nés. »
 
 
Nombre de lectures : 45 fois












Inscription à la newsletter