Connectez-vous

A 63 ans, le gendarme Maguette Mbaye se suicide avec une balle dans la tête

Mardi 22 Mai 2018

Le gendarme enseveli dans un tissu près de son véhicule
Le gendarme enseveli dans un tissu près de son véhicule
Le corps sans vie d’un homme allongé à côté d’un véhicule, la tête tachetée de sang. L’image a choqué les âmes sensibles. Cité Lobatt Fall à Pikine, en ce jour du mois béni de Ramadan, il est 15 heures passées de quelques minutes. Alors que tous les esprits affamés par la soif et la faim sont dans l’attente de la rupture du jeûne, des cris de détresse alertent les habitants de la cité et les passants d’une rue du quartier. Maguette Mbaye 63 ans, vient de commettre l’irréparable. Il s’est suicidé en se tirant une balle dans le crâne.
 
LES RAISONS DU SUICIDE RESTENT MECONNUES
 
La victime s’appelait Maguette Mbaye. Il est gendarme et était même à jeûne ce jour où il commettait ce crime sur lui même. Maguette était âgé de 63 ans et devait aller à la retraite d’ici la fin de l’année. Mais, selon des témoignages recueillis sur place, M. Mbaye ne jouissait pas de toutes ses facultés mentales. Toutefois, les raisons de son suicide restent méconnues pour le moment. Mais, l’on nous signale qu’il lui arrivait très fréquemment de manifester des signes de dépression.
 
À notre arrivée sur les lieux, une foule de curieux et de badauds s’était amassée sur place. Les commentaires allaient bon train. Le corps de la victime était couché à côté de sa voiture, Kg 1805 A, de marque Clio 106, de couleur verte. Il était recouvert d’un drap carrelé.
 
L’ARME DU CRIME N’EST PAS UNE ARME DE SERVICE
 
Le corps de Maguette Mbaye est resté sur place pendant plus de deux tours d’horloge. La police veillait au grain. Les sapeurs-pompiers étaient aussi sur les lieux. Un peu avant 18 heures, les éléments de la police scientifique débarquent à leur tour, à bord d’un véhicule de couleur blanche. À peine arrivés, ils procèdent d’abord à dresser une ceinture de sécurité. Ils effectuent des prélèvements et des prises de photos sur le corps et à l’intérieur du véhicule. La police scientifique a aussi procédé à la fouille de la victime.
 
Beaucoup d’affaires ont été extraites de ses poches : un chapelet, une pièce d’identité, une somme d’argent, des cartes de visite et d’autres affaires. Mais, de sources dignes de foi, l’arme du crime pourrait ne pas une arme de service.

Les limiers de Pikine ont ouvert une enquête. Des membres de la famille sont passés devant les enquêteurs du Commissariat d’arrondissement de Pikine pour être entendus. Le véhicule de Maguette est aussi réquisitionné par la police. Le corps de la victime a été acheminé dans un hôpital de la place… (Tribune)
 
 
Nombre de lectures : 159 fois









Inscription à la newsletter