Connectez-vous

A 45 jours des législatives, les républicains dévoilent leur "engagement pour l'Amérique"

Vendredi 23 Septembre 2022

Un combat acharné contre l'inflation, la criminalité et l'immigration, et une défense de la "liberté": à 45 jours des élections législatives américaines, le parti républicain a présenté vendredi le programme qu'il prévoit d'appliquer s'il venait à s'emparer du pouvoir au Congrès.
 
Réunis dans un entrepôt dans la banlieue de l'ancien bastion industriel de Pittsburgh, dans le nord-est du pays, les conservateurs ont dévoilé leur "Engagement pour l'Amérique", une série de mesures qui permettent au parti de se définir autrement que dans son opposition aux politiques du président démocrate Joe Biden.
 
"Nous avons passé la dernière année et demie -- l'ensemble des républicains de ce groupe -- à parcourir le pays pour écouter vos problèmes, combattre ce que les démocrates ont fait", a déclaré Kevin McCarthy, qui espère devenir le prochain président de la Chambre des représentants, à l'issue des élections de mi-mandat de novembre.
 
Le choix de ce lieu ne doit rien au hasard: la Pennsylvanie, Etat connu autant pour ses grands centres urbains que pour ses industries en déclin, détient probablement la clé des élections législatives. 
 
Ce scrutin, lors duquel l'ensemble des 435 sièges de la Chambre des représentants et un tiers du Sénat sont renouvelés, est toujours périlleux pour le pouvoir en place, et les républicains espèrent ainsi priver les démocrates de leurs majorités au Congrès.
 
- "Payer le plein d'essence" -
 
En Pennsylvanie vendredi, les conservateurs ont d'abord passé de longues minutes à éreinter le bilan de Joe Biden et d'un Congrès aux mains des démocrates sur l'inflation.
 
"En parcourant le pays, des salles à manger des gens aux usines, nous avons entendu le même problème", a assuré le leader républicain Kevin McCarthy. "Comment puis-je me payer mon plein d'essence? Ma nourriture, mon lait?", a-t-il énuméré.
 
Les conservateurs ont promis une "énergie fabriquée aux Etats-Unis", sans toutefois faire la moindre mention du dérèglement climatique.
 
Devant cette assemblée, les républicains se sont aussi longuement attardés sur l'immigration, un sujet explosif aux Etats-Unis, qui l'est encore davantage à quelques semaines des élections. L'opposition accuse les démocrates d'avoir transformé la frontière avec le Mexique en passoire.
 
Sur ce sujet, le "Grand Old Party" a donné la parole à un shérif local, James Custer, énumérant le nombre d'overdoses au fentanyl dans son comté. "Ces overdoses sont directement liées au fait que notre frontière au sud soit ouverte", a-t-il dénoncé, ces opiacés provenant très souvent du Mexique. 
 
Les républicains promettent également à l'Amérique un "avenir fondé sur la liberté", notamment dans les écoles du pays, théâtres ces dernières années de débats enflammés sur le confinement, le port du masque, la vaccination anti-Covid ou l'enseignement du racisme.
 
- Angle d'attaque -
 
Une façon de mobiliser leur électorat sur des sujets de société, après des années de lutte contre l'avortement.
 
Depuis la décision de la Cour suprême qui a dynamité en juin le droit constitutionnel à avorter aux Etats-Unis, les conservateurs se montrent bien plus discrets sur cette question, conscients que des positions trop extrêmes pourraient leur coûter cher dans les urnes. 
 
Les démocrates ont au contraire fait de cette question leur principal angle d'attaque.
S'adressant devant le plus grand syndicat d'enseignants américain vendredi après-midi, le président Biden a une nouvelle fois promis qu'il légaliserait l'avortement dans tout le pays, moyennant que ses majorités soient renforcées au Congrès.
 
Le dirigeant démocrate en a profité pour vivement critiquer le nouveau programme républicain, une "très mince série de mesures" qui illustrent selon lui l'emprise des idées "trumpistes" sur le parti conservateur.
 
"Les Américains ont le choix", en novembre a lancé le président à la foule. L'avortement, les armes à feu, le système de santé, sont tous "sur le bulletin de vote", a-t-il assuré. (AFP)
Nombre de lectures : 76 fois












Inscription à la newsletter