Connectez-vous

« LUANDA LEAKS » - Isabel dos Santos inculpée de 12 crimes pour ses transactions en tant que présidente de Sonangol, son procès imminent

Jeudi 25 Janvier 2024

Les procureurs angolais ont inculpé la femme d'affaires Isabel dos Santos de 12 crimes, accusant l'ancienne milliardaire d'avoir causé des pertes d'environ 219 millions de dollars à l'État lorsqu'elle était à la tête de la compagnie pétrolière publique Sonangol.

 

Le bureau du procureur général a annoncé la semaine dernière que le procès pourrait commencer d'ici la fin du mois de janvier courant, selon les médias.

 

Dans un acte d'accusation de 46 pages daté du 11 janvier, les procureurs ont détaillé les allégations selon lesquelles Mme dos Santos, la fille de l'ancien président autoritaire de l'Angola, et ses acolytes ont utilisé des sociétés offshore, des factures frauduleuses, des documents falsifiés et des augmentations de salaire "exorbitantes" pour empocher illégalement des millions en 2016 et 2017.

 

Les accusations criminelles portées contre Mme dos Santos comprennent le blanchiment d'argent, le détournement de fonds et la fraude fiscale.

 

« En tant que fille de l'ancien président de la République, l'accusée Isabel dos Santos, en consultation avec les accusés Mario Silva, Sarju Raikundalia et Paula Oliveira, a méticuleusement créé un plan visant à frauder l'État angolais », allègue l'acte d'accusation.

 

Mme Dos Santos, qui a été présentée comme la première femme milliardaire d'Afrique, a nié à plusieurs reprises avoir commis des actes répréhensibles.

 

Le nouvel acte d'accusation est le dernier en date d'une série d'actions en justice intentées contre elle, qu'elle a rejetées comme faisant partie d'une vendetta politique de longue haleine.

 

Dans une interview accordée à la station de radio angolaise Rádio Essencial, la femme d'affaires a déclaré qu'elle répondrait aux accusations dans les délais impartis et s'en est pris au gouvernement angolais, actuellement dirigé par le président Joao Lourenco.

 

« Je pense qu'il est temps que le gouvernement et le procureur général de la république assument la responsabilité des accusations qu'ils portent, car il est irresponsable de gérer un pays sur la base de mensonges fabriqués », a déclaré Mme dos Santos.

 

Mme Dos Santos fait l'objet d'enquêtes civiles et pénales dans de nombreux pays depuis 2020, lorsque l'enquête Luanda Leaks du Consortium international des journalistes d'investigation (Icij) a révélé qu'elle avait bénéficié de transactions lucratives dans les secteurs du pétrole, des diamants, des télécommunications, de la banque et de l'immobilier sous le régime de son père. (IMPACT.SN avec ICIJ)

 

Nombre de lectures : 548 fois

Nouveau commentaire :












Inscription à la newsletter