Connectez-vous

ESPACE UMOA - Les banques marocaines dominatrices, les sub-sahariennes résistent

Dimanche 13 Novembre 2016

Le rapport  2015 de la commission bancaire de  l’Umoa révèle que 28 groupes bancaires sont en activité dans l’Union et proviennent principalement de 5 principales zones géographiques. Ils détiennent ensemble 86,6% des actifs et représentent 85,0% du résultat net global provisoire du système bancaire. Avec 122 banques et 15 établissements financiers à caractère bancaire agréés, les établissements de crédit de l’Union affichent un total de bilan de 28.215 milliards et emploient 25.597 personnes à fin 2015.
 
Le rapport annuel de la commission de l’Union monétaire ouest-africaine (Umoa) a révélé qu’au 31 décembre 2015, 28 groupes bancaires exercent dans l’Union. Ils regroupent 100 établissements de crédit et totalisent 86,6% des parts de marché du système bancaire. Dix de ces groupes sont liés à des holdings installées dans l’espace Umoa. Il s’agit de : Ecobank, Cofipa, Atlantic Business International (AbiB), Bridge Group West Africa, Oragroup, Tamweel Africa Holding (TAH), Bank Of Africa (Boa), Nsia Participations, Coris Bank International et Groupe Bdk.
 
Le nombre de groupes bancaires en activité dans l’UMOA, détenant au moins 2% des actifs chacun est ressorti à treize (13) au cours de la période. Selon le document, ces groupes étendent leur influence à l’ensemble des pays de l’Union. Ils concentrent 79,8% du total des bilans et 71,1% des guichets, emploient 74,9% des agents, détiennent 76,9% des comptes de la clientèle et contrôlent 79,8% des guichets automatiques de banque (Gab).
 
Ils cumulent 81,8% du résultat net global provisoire du système bancaire.  Selon le rapport, le groupe Ecobank est la plus importante avec une part des actifs de 15,0%. Il est présent dans tous les pays de l’Union et détient 10,7% du réseau, 21,0% des Gab, 17,8% des comptes de la clientèle et emploie 11,2% des effectifs. Il contribue à hauteur de 14% à la formation du résultat net global provisoire du système bancaire. Viennent ensuite le groupe Bank of Africa (Boa) avec 12% du total des bilans, et 14,1% du résultat net global provisoire ; le groupe Atlantic Bank International (AbI) qui, avec ses huit filiales, détient 9,7% des actifs avec une présence dans  sept pays de l’Union et 6,9% du résultat net global provisoire.
 
Les Françaises dans un ventre mou
Derrière, il y a la Société Générale (9,3% de parts de marché), le marocain Attijariwafabank (10,2% du réseau), Bnp Paribas (4,8% du marché), Oragroup (4% des actifs bancaires), Diamond Bank (1,5% du résultat net global provisoire), Coris Bank International (5,4% du résultat net global provisoire), United Bank for Africa (Uba) qui concentre 2,7% des actifs totaux, et le groupe BDM (2,4% des actifs bancaires).
 
A ces groupes bancaires, s’ajoutent quinze autres de moindre envergure, détenant moins de 2% des actifs chacun : Afriland First Group (2 établissements) ; Atlantic International (1 établissement) ; Banque de Dakar (1 établissement) ; Banque pour le Commerce et l’Industrie (2 établissements) ; BGFIBANK (3 établissements) ; Bridge Bank Group (1 établissement) ; Citigroup (2 établissements) ; COFIPA (1 établissement) ; Crédit Libanais (1 établissement) ; First Bank of Nigeria (1 établissement) ; Guaranty Trust Bank (1 établissement).
 
Paysage bancaire
Au 31 décembre 2015, le système bancaire de l’Union comptait 137 établissements de crédit agréés contre  132 en 2014.  Une évolution qui résulte de l’agrément d’une banque et d’un  établissement financier à caractère bancaire au Sénégal ;  de l’autorisation d’installation de cinq  succursales de banque : au Bénin, en Côte d’Ivoire, en Guinée-Bissau, au Niger et au Sénégal. Deux succursales bancaires ont été victimes du retrait d’autorisation de leur installation, au Bénin et au Togo. A fin décembre 2015, le paysage Umoa comptait donc 122 banques et 15 établissements financiers à caractère bancaire agréés.

A fin 2015, le réseau bancaire (agences, bureaux et points de vente) était large de 2430 unités, en hausse de 5,7%. Le nombre de Gab avait augmenté de 7,5% pour s’établir à 2.799.
 
25 .597 emplois créés en 2015
Les  emplois créés par le secteur bancaire ont progressé de 1.394 postes (+5,8%). Le nombre total des employés est ainsi ressorti à 25.597 à fin 2015, contre 24.203 en 2014. Selon le rapport, cette évolution est due à la hausse du nombre d’agents non-cadres de 567 (+5,5%) et du personnel d’encadrement de 827 (+6,2%). Le nombre de comptes de la clientèle a également enregistré une hausse de 5,0% pour s’établir à 9.374.215 à fin 2015. Les comptes de particuliers ont crû de 4,8% contre 18,1% un an auparavant et ceux détenus par les personnes morales de 7,8%, contre une baisse de 21,1% l’année précédente.
 
Les banques marocaines au sommet
Le rapport 2015 de l’Umoa a montré que l’activité des groupes bancaires  est dominée par les banques marocaines, avec 29,6% de part de marché, 28,3% des dépôts et 28,3% des crédits de l’Union. Les banques libyennes, mauritaniennes et tunisiennes totalisent respectivement 3,4%, 0,3% et 0,3% de parts de marché.

 
 
 Environnement de l’activité bancaire : 45, 26, 58
Par ailleurs, le rapport a fait ressortir que les banques internationales dominent le paysage bancaire de l’Umoa avec 56,8% des actifs bancaires. Elles couvrent 51,0% du réseau d’agences, détiennent 50,4% des comptes bancaires et emploient 56,2% des effectifs.
 
Les banques sous-régionales cumulent 40,4% des actifs du système bancaire de l’Union. Cette catégorie regroupe 47,9% des implantations, 48,5% des comptes de la clientèle et 41,7% des effectifs.
 
Les banques mutualistes mobilisent 1,6% des actifs, 1,1% des implantations, 1,1% des comptes de la clientèle et 1,0% des effectifs du système bancaire.
 
Les établissements financiers à caractère bancaire concentrent pour leur part 1,2% des actifs et 1,1% des effectifs du système bancaire de l’Union.
 
Quant aux établissements de crédit, elles se répartissent en trois (3) catégories : grande pour un total de bilan supérieur à 200 milliards, moyenne pour un total compris entre 100 milliards et 200 milliards et petite pour un total inférieur à 100 milliards.
 
Au 31 décembre 2015, le paysage bancaire se composait de quarante-cinq (45) grandes banques, vingt-six (26) banques moyennes et cinquante-huit (58) établissements de petite taille. 

(Cheikh NDONG)
 
 
Nombre de lectures : 83 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter