Connectez-vous

Silence on taxe tous !

Jeudi 20 Octobre 2016

Silence on taxe tous !
Je trouve incohérent pour un gouvernement de vouloir mener une politique sociale agressive du logement, de réduction du coût du loyer, de l'habitat, de l'incitation à l'investissement et, en même temps, de renchérir le coût de l'intrant majeur de la construction à plus de 5% avec une nouvelle taxe ! Je suis tenté de dire que c'est plutôt normal pour un gouvernement melting-pot composé de "socialistes", "libéraux", ''communistes'', ''sans idée''.
 
Trois nouvelles taxes sont donc en préparation pour la loi des finances 2017, sur le ciment, l'arachide et les télécoms.

Celle concernant le ciment me gêne absolument, parce qu'elle aura un impact plus négatif sur l'agrégat de consommation nationale et sur les consommateurs. Elle pourrait même et surtout avoir des effets très négatifs sur le PIB. J'aurais bien aimé avoir les arguments du ministère de l'Economie et des Finances sur le rapport d'étude préalable d'impact de cet impôt. Il ne communique que sur ce qu'il apporte dans le budget ressources, mais il faudra aussi mesurer les effets néfastes du point de vue économique à long terme. Sur 5 ans par exemple.
 
Les deux autres taxes sont plus ou moins plus cohérentes et justifiables, elles frappent pour l'un l'exportation d'un produit agricole subventionné (ce qui est tout à fait normal) et l'autre est quasiment un impôt sur les sociétés supplémentaires au détriment des sociétés de télécommunications.
 
Seulement pour la taxe sur l'arachide à l'instar de celle sur le ciment, au-delà de la communication officielle sur les ressources fiscales espérées, je souhaite qu'en débat d'adoption parlementaire, le ministre nous explique ce qu’est la politique économique du Sénégal concernant l'arachide. Si on souhaite être un exportateur durable, faire rentrer des devises pour équilibrer la balance commerciale du pays, il faudra trouver des arguments valables pour nous convaincre. Comment l'introduction d'une taxe à côté de la poursuite d’une politique de subvention ne nuirait-elle pas à la compétitivité de l’arachide face à une éventuelle concurrence mondiale, surtout à l'aube des APE ?
 
La dernière des nouvelles taxes, dédiée au secteur des télécommunications et indexée sur les bénéfices des opérateurs, aura plus d'impact négatif sur les investisseurs que sur les consommateurs. Elle peut-être un facteur de découragement, mais au regard de la situation florissante du secteur et le niveau agressif de concurrence, il faudra juste prévoir des mouchoirs pour les actionnaires !
 
De façon générale, le débat sur la politique fiscale au Sénégal, au même titre que le chômage où  le niveau d'emploi des travailleurs, est le cadet des soucis du paysage médiatique et politique national.
 
J'aimerais bien un répit sur le pétrole de la part des journalistes, des hommes politiques, des organisations de la société civile au profit d’un débat et d’un dialogue public sur la politique fiscale du gouvernement.
 
Amadou B. DIOP
Economiste

 

 
Nombre de lectures : 157 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter