Connectez-vous

Questions à Abdoulaye Daouda Diallo, ministre de l’Intérieur de la République du Sénégal.

Dimanche 9 Juillet 2017

Questions à Abdoulaye Daouda Diallo, ministre de l’Intérieur de la République du Sénégal.
Une situation rocambolesque risque de se produire lors des élections législatives du 30 juillet 2017. En effet, beaucoup de citoyens n’auront pas la possibilité de voter en bonne et due forme en raison de l’incurie, l’incapacité voire la mauvaise volonté du ministre de l’Intérieur, monsieur Abdoulaye Daouda Diallo, de permettre à nos compatriotes de remplir leur droit constitutionnel.
Il est incompréhensible, à trois semaines des échéances électorales, de constater que  la majorité des citoyens sénégalais n’ont pas encore reçu leurs cartes d’identité biométriques.
 
Le ministre de l’intérieur a annoncé le jeudi 6 juillet 2017 à l’Assemblée nationale que sur les 6.200.000 citoyens enrôlés en vue de l’établissement de la carte d’identité biométrique, seules 5.042.437 cartes ont été produites à ce jour. Il y a lieu de souligner également le fait que ces cartes ne sont pas encore intégralement distribuées à leurs ayant droits. Rien ne peut justifier la lenteur des services du ministère de l’intérieur, si ce n’est une volonté sournoise de priver beaucoup de nos concitoyens du droit de vote.
 
Nos compatriotes de la Diaspora n’ont pas encore reçu leur carte d’identité. Au moment des inscriptions aux élections législatives à l’Ambassade du Sénégal à Bruxelles, la date prévisionnelle de retrait des cartes était fixée au 02 avril 2017. A ce jour, personne parmi nos compatriotes du Benelux n’a reçu cette carte. Il s’y ajoute  le fait que nous ne savons pas quand nous allons recevoir cette précieuse carte d’identité biométrique.
 
Les citoyens sénégalais doivent être très vigilants afin de refuser et combattre la volonté des autorités de la mouvance présidentielle Benno Bokk Yakaar de nous priver de notre droit de voter et ainsi voler voire détourner le suffrage des électeurs.
 
Monsieur le ministre de l’intérieur, pourquoi sur les 6.200.000 citoyens enrôlés, il subsiste encore à quelques semaines des élections 1.157.563 citoyens que vos services sont sur le point de priver de l’exercice libre de leurs prérogatives constitutionnelles ? Vous ne donnez pas non plus des assurances fermes sur la fabrication et la distribution de ces cartes à leurs ayant droits.
 
Soit vous êtes dans les dispositions de bien favoriser le camp présidentiel afin qu’il remporte largement ces élections législatives comme ce fût le cas pour le dernier référendum avec plus d’un millier de bureaux de vote fictifs alors que votre statut exige de vous une neutralité ferme sans ambiguïté.
 
Vous n’êtes pas dans votre rôle et vous voulez utiliser votre statut de militant politique pour empêcher un exercice libre et responsable du droit de vote.
 
Que dire également de votre volonté de prolonger l’ouverture des bureaux de vote jusqu’à minuit dans le dessein de torpiller le processus électoral ? Les responsables de l’opposition doivent dénoncer cette imposture et cette violation de la loi électorale. Prolonger l’ouverture des bureaux vous permet d’ouvrir la boîte de pandore en bourrant massivement les urnes pour le compte de la coalition Benno Bokk Yakaar.
 
Vous n’avez pas le droit de vous mêler à ce jeu de politiciens. Vous semblez oublier voire ignorer que vous êtes chargé de la sécurité des citoyens. Ainsi, toute violation de la loi électorale susceptible d’entraîner des violences sera imputée à votre responsabilité.
 
Tous les citoyens sénégalais doivent dénoncer votre mainmise sur l’organisation des élections  et exiger votre démission voire révocation afin de permettre à une personnalité à équidistance des chapelles politiques de gérer l’organisation d’élections libres et transparentes. Votre révocation ne peut pas être l’œuvre du président Macky Sall qui compte sur une administration partisane pour gagner les élections. 
 
Nous avons le droit de continuer ce combat afin de contraindre le président Macky Sall de respecter la volonté des citoyens sénégalais. Que je sache, il n’est que le roi de la Cour Benno Bokk Yakaar et non du Sénégal ! Il doit être continuellement animé par une volonté sincère et éloignée des calculs opportunistes voire électoralistes de renforcer davantage la démocratie sénégalaise. En vérité, le président Macky Sall est tellement obnubilé par le pouvoir qu'il éprouve le plus grand mal à prendre de la hauteur, qui sied de facto à son statut.
 
Enfin, monsieur le ministre, pourquoi imputez-vous à l’opposition sénégalaise sa responsabilité sur la pléthore de listes à la députation ? Certes, il est vrai que la désunion des partis de l’opposition ne permet pas de réduire drastiquement la liste. Toutefois, vous vous taisez sur les listes voire coalitions qui travaillent de fait pour le président Macky Sall afin de saboter le processus électoral en raison même de leur participation. Elles sont hélas nombreuses.
 
Ces coalitions proches du pouvoir ne sont pas capables d’obtenir l’adhésion du corps électoral sénégalais puisqu’elles sont au demeurant insignifiantes sur l’échiquier politique. Leur présence se justifie uniquement par une volonté manifeste du président Macky Sall de brouiller les pistes et de rendre complexe voire  difficile le choix des électeurs.
massambandiaye2012@gmail.com
 
Nombre de lectures : 134 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter