Connectez-vous

Lettre ouverte à Khalifa Sall : « Amorcez courageusement la rupture avec Ousmane Tanor Dieng »

Lundi 9 Janvier 2017

Photo: Le Quotidien
Photo: Le Quotidien
Le Parti socialiste traverse un des moments les plus terribles de son histoire. Un homme, monsieur Ousmane Tanor Dieng, porte une immense responsabilité sur les tensions qui minent de l’intérieur cette formation politique. Il a choisi d’aliéner sa liberté critique pour accompagner la mouvance présidentielle. Il instrumentalise les instances du parti socialiste pour empêcher toute tentative d’expression démocratique libre. Les militants ne parviennent plus à exposer librement leurs pensées sur la marche et l’orientation idéologique du parti socialiste. Ousmane Tanor Dieng et son équipe ont livré le parti au président Macky Sall, mains et pieds liés. Tous les responsables historiques du parti ne se retrouvent plus dans les choix de l’instance dirigeante. Le Ps, depuis la perte du pouvoir en 2000, traverse le désert et a du mal à se restructurer. Le secrétaire général Ousmane Tanor Dieng, d'élections en élections, régresse et n’arrive plus à mobiliser les électeurs ou sympathisants socialistes. Le parti perd du terrain et ne parvient même plus à obtenir 10% de l’électorat sénégalais. Pour une formation politique qui a dirigé le pays pendant 40 ans, c’est grave.
 
« Système de courtisans »
Beaucoup de militants lui reprochent son système managérial à la tête du parti basé sur une minorité de courtisans qui lui doivent tout au détriment des militants de la base. Qui plus est, il s’accroche à son poste alors que tout compte fait, il devrait céder la place à un autre responsable plus à même de mobiliser les masses et capable de repositionner le Ps dans le landernau  politique sénégalais. Ousmane Tanor Dieng a échoué lamentablement à conduire le parti à la reconquête du pouvoir. Il se contente, en politicien de fin de parcours, d’accompagner le président Macky Sall par amour du pouvoir et de ses fastes en hypothéquant l’avenir du parti et sa jeune génération de responsables. Homme aux multiples échecs cuisants, il scrute d’un œil envieux le courage de ses camarades de parti, à l’instar du maire de Dakar Khalifa Sall, coupables d’avoir pris leurs responsabilités à un moment critique de son ascension politique en refusant de suivre les injonctions de la mouvance présidentielle et en combattant farouchement les manœuvres politiciennes du président Macky Sall.
 
Ce combat, de haute portée patriotique, doit être poursuivi malgré les menaces et les chantages inacceptables et indignes d’une République respectueuse des valeurs démocratiques. L’arrestation du maire de la Médina, Bamba Fall, et de jeunes militants socialistes participe de cette campagne machiavélique de déstabilisation du camp de monsieur Khalifa Sall. Il est temps donc que le maire de Dakar refuse le diktat d’Ousmane Tanor Dieng qui, honteusement, se sert de la justice avec la complicité des autorités de la République pour liquider des adversaires politiques au sein du Ps. Il est pressant que les compatriotes sénégalais dénoncent cette instrumentalisation irresponsable de la justice. Cette affaire est éminemment politique. Par ailleurs, des responsables de l’APR ont saccagé le siège de leur parti sans que le procureur de la République s’autosaisisse de ces cas d’actes de violence et de banditisme pour en interpeller les auteurs et les commanditaires. Pourtant, ces individus sont connus et ils continuent de vaquer à leurs préoccupations pour ne pas incommoder le chef de l’Etat Macky Sall. La justice doit être égale pour tous les citoyens sénégalais. Il y va de notre liberté, de la sécurité et de la protection des personnes et des biens privés et publics.
 
« Ousmane Tanor Dieng est politiquement fini »
Le maire de Dakar doit faire preuve de courage et de responsabilité en combattant ouvertement les tentatives de musellement d’Ousmane Tanor Dieng. Ce dernier ne représente plus fidèlement les militants socialistes et doit être combattu à la hauteur de sa trahison des intérêts du parti. Monsieur Khalifa Sall doit mobiliser toutes les sections du parti et les sensibiliser sur les dangers réels de la politique menée et conduite par le secrétaire général pour son propre avenir et sa propre survie. Il est politiquement fini, mais il veut continuer à  se servir par cupidité et égoïsme sur nos ressources publiques. Il ne peut plus réellement constituer une menace pour qui veut s'affranchir de son autorité.
 
Les Sénégalais ne parviennent pas toujours à comprendre votre position attentiste au moment où Ousmane Tanor Dieng et les responsables de l’APR utilisent des procédés illégaux et irresponsables pour saboter votre élan de militant et votre programme en tant que maire de la ville de Dakar pour le bien-être de sa population. Il est plus que temps de dénoncer publiquement son imposture et son asservissement au président Macky Sall, de s’opposer politiquement à lui en proposant aux militants et sympathisants une autre vision du socialisme, ancrée sur nos valeurs de solidarité, de partage, de patriotisme. Il vous revient également de déclarer officiellement votre volonté de briguer les suffrages  des Sénégalais aux élections présidentielles de 2019, même s’il sera difficile de le faire sous les couleurs du Parti socialiste à cause des manœuvres et des menaces réelles de l’équipe dirigée par le perdant Ousmane Tanor Dieng. Vous ne devez nullement perdre de vue que le secrétaire général du parti est d’une impopularité inqualifiable au niveau des instances de base. C’est la raison pour laquelle il est de votre devoir de combattre son projet funeste en continuant à mobiliser davantage les militants partout au Sénégal.
 
Votre avenir politique est en train de se jouer maintenant. Soit défendre avec courage et opiniâtreté les valeurs du Parti socialiste, soit disparaître et perdre votre leadership au sein de la nouvelle génération de militants. Le temps presse pour vous. Vu la situation actuelle du Ps, il est plus que jamais temps de constater qu’il vous sera très difficile de bénéficier du soutien et de l’engagement total de tous les responsables. En effet, beaucoup d’entre eux se sont rangés derrière l’impopulaire secrétaire général pour continuer à participer au festin et au partage de nos ressources publiques.
 
« Votre avenir politique se joue ici et maintenant »
J’estime que vous devriez sans aucun doute en mesurer la portée historique en proposant aux militants et sympathisants de tourner la page du Parti socialiste en portant sur les fonts baptismaux une nouvelle formation politique qui aurait pour nom, par exemple,  « Parti socialiste républicain » ou « Parti socialiste libéral », pouvant fédérer tous les militants à la fois déçus et mécontents de la direction actuelle du parti et élargir ses bases en mobilisant d’autres citoyens sénégalais. Ce serait prétentieux de ma part de vous dicter le choix du nom de votre nouvelle formation politique. Vous avez suffisamment de militants compétents pour vous indiquer la meilleure orientation politique. Vous aurez également l’opportunité de saisir toutes les instances de base pour leur proposer votre réforme et votre programme politique national. Il est urgent de vous lancer dans une campagne de sensibilisation, d'écoute des besoins des citoyens en vue des élections législatives de 2017.
 
A cet effet, il vous faut trouver des convergences avec les partis de l’opposition sénégalaise qui militent et combattent réellement pour une véritable alternative démocratique et un nouveau projet de société inclusif en rupture avec la politique clanique, partisane et dangereuse du président Macky Sall. Vous devriez courageusement amorcer la rupture avec Ousmane Tanor Dieng et son équipe de courtisans afin de défendre vos valeurs et vos choix politiques. Votre approche équilibriste du moment joue en votre défaveur. Le temps du dialogue et des compromis constructifs est derrière nous puisque l’équipe dirigeante du Parti socialiste, qui par ailleurs est minoritaire, ne vous facilite pas la tâche.
massambandiaye2012@gmail.com
 
Nombre de lectures : 211 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter