Connectez-vous

Les ex-tirailleurs sénégalais seront naturalisés sur demande, annonce François Hollande

Samedi 15 Avril 2017

Le mandat de François Hollande expire le 7 mai prochain à l'issue de la présidentielle. Il n'est pas acquis son successeur veuille porter le projet, surtout s'il s'appelle Le Pen ou Fillon.


Aissata Seck, avec deux anciens tirailleurs sénégalais, Ousmane Sagna et Guorgui M'Bodji (photo La Croix)
Aissata Seck, avec deux anciens tirailleurs sénégalais, Ousmane Sagna et Guorgui M'Bodji (photo La Croix)
PARIS (Reuters) - François Hollande a promis samedi la nationalité française aux anciens tirailleurs sénégalais résidant en France faisant une demande en ce sens, à l'occasion d'une cérémonie de naturalisation de 28 d'entre eux à l'Elysée.
 
"Tous les anciens tirailleurs qui résident en France et qui en feront la demande, obtiendront la nationalité française", a déclaré le président de la République.
 
"Ceux qui se sont battus pour la France, et qui font le choix d'y vivre, doivent pouvoir devenir Français", a-t-il ajouté.
 
Recrutés dans les ex-colonies d'Afrique subsaharienne, les tirailleurs sénégalais ont combattu pour la France lors de différents conflits, la Première et la Seconde Guerres mondiales, mais aussi dans plusieurs opérations militaires jusqu'en 1960, que ce soit en Algérie, en Indochine, ou encore au Maroc et en Tunisie.
 
"La France est fière de vous accueillir comme vous avez été fiers, vous, de porter son drapeau, celui de la liberté", a déclaré François Hollande aux 28 retraités naturalisés samedi, âgés dans leur grande majorité de plus de 80 ans.
 
Cette naturalisation avait été réclamée dans une pétition signée par quelque 60.000 personnes lancée à l'initiative d'Aïssata Seck, adjointe au maire à Bondy (Seine-Saint-Denis) et petite-fille d'ancien combattant sénégalais.
 
En décembre dernier, François Hollande s'était engagé auprès de son homologue sénégalais Macky Sall, en visite d'Etat à Paris, à ce que les dossiers de naturalisation des tirailleurs vivant en France et qui en font la demande soient examinés "avec rapidité et bienveillance".

A rappeler que cet engagement de François Hollande intervient à quelques jours seulement de son départ du Palais de l'Elysée, après les deux tours de l'élection présidentielle, après le 7 mai. Il n'est pas certain que son successeur reprenne son projet...

Par ailleurs, le terme de "tirailleurs sénégalais" ne fait pas strictement référence aux "soldats" venus du Sénégal et embrigadés dans les guerres françaises, il concerne également des ressortissants d'autres pays africains qui ont combattu sous le drapeau de l'armée française, en Europe, en Afrique du Nord, en Indochine...
 
Nombre de lectures : 73 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter