Connectez-vous

Législatives de juillet : Moustapha Niasse, le défi de la continuité ou l’heure de la retraite

Mercredi 22 Février 2017

Législatives de juillet : Moustapha Niasse, le défi de la continuité ou l’heure de la retraite
D’une fidélité à toute épreuve au chef de l’État et non moins allié, le président de l’Assemblée nationale est aujourd’hui contesté par les apéristes pour diriger la liste de la coalition Benno bokk yakaar aux prochaines législatives. Pour le remplacer, le nom du maire de Guédiawaye, Aliou Sall, est de plus en plus murmuré…
 
«Si j’avais été à la place de Macky Sall, j’y aurai regardé à deux fois avant de  désigner Moustapha Niasse comme tête de liste. Je pense même que Moustapha Niasse devrait aider Macky Sall, par réalisme politique, en daignant ne pas diriger la liste» de la majorité présidentielle aux élections législatives du 30 juillet 2017. Ainsi parlait récemment Youssou Diallo, néo-apériste venu du Parti démocratique sénégalais (Pds) et devenu Pca de la Sonacos.
 
Pour cet ancien militant de la gauche marxiste, la solution est à ce niveau : convaincre le président de l’assemblée nationale et secrétaire général de l’alliance des forces de progrès (Afp) de se sacrifier une dernière fois avant de se faire enterrer définitivement… Pour Youssou Diallo, «une personne qui a occupé des responsabilités depuis la fin des indépendances et qui est toujours au pouvoir, la désigner comme tête de liste peut poser problème sur le plan politique».
 
La sortie de Diallo n’est ni anodine ni déconnectée des objectifs que pourrait poursuivre le président de la république en allant aux élections parlementaires. Elle ne serait que le début d’une charge politique et médiatique destinée à décourager Niasse au cas où il se rendrait disponible à diriger la liste nationale de Bennoo.
 
En dressant le portrait-robot de la tête de liste potentielle de la coalition présidentielle aux législatives prochaines, l’ancien conseiller de l’ex-premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye semble avoir orienté ses préférences vers un certain… Aliou Sall. Il est vrai que le nom du maire de Guédiawaye et non frère du président de la république revient sans cesse, notamment dans les chaumières proches de l’alliance pour la république, le parti présidentiel.
 
«La meilleure tête de liste de Benno bokk yakaar serait quelqu’un de relativement jeune, membre de l’Apr, représentatif et légitime au plan politique, charismatique et capable de dégager un certain nombre de valeurs. D’autant qu’au Sénégal, la composante jeune est essentielle. Si Macky Sall est venu au pouvoir, c’est grâce aux jeunes», selon Diallo.
 
À sa suite, d’autres jeunes du parti présidentiel ont émis des avis similaires. Est-ce le début de la fin pour Moustapha Niasse ? Tout porte à y croire. À 78 ans, et dans la perspective de décrocher un autre mandat à la tête de l’assemblée nationale, l’Apr ne confiera pas facilement le poste de deuxième personnalité de l’État à un allié, fût-il aussi loyal que Niasse.
 
Les prochains jours nous édifieront. Ce qui est sûr et certain, c’est que Moustapha Niasse n’est pas encore prêt de prendre sa retraite en politique. Pour rester dans le circuit, il vendra cher sa peau, en retrait ou en soutien officiel de l’Afp à Benno bokk yakaar. En 2012, il a permis à la coalition de sauver son unité en étant tête de liste. Son successeur, fût-il Aliou Sall, pourra-t-il réussir le pari de l’Unité ? C’est toute l’équation que Benno bokk yakaar et Benno Siggil Senegaal auront à résoudre ces prochains  jours. En attendant, il se dit que des franges de la coalition ne verraient pas d’un mauvais œil que le président de la république renouvelle sa confiance au patron de l’Afp… (Mamadou SARR)
 
 
Nombre de lectures : 54 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter