Connectez-vous

A propos de la mauvaise foi de monsieur Souleymane Ndéné Ndiaye

Dimanche 30 Avril 2017

Malgré de multiples dénégations, l’ancien premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye a fini par poser ses valises dans les prairies marron de l’APR. Notre homme fustigeait les responsables libéraux qui ont tourné le dos au parti démocratique sénégalais (PDS) et les considérait avec raison comme des traîtres. Beaucoup d’anciens ministres du président Abdoulaye Wade ont rompu avec le parti afin de continuer à bénéficier des avantages et des privilèges du pouvoir.
 
La transhumance politique est un cancer qui gangrène le corps social. Elle doit être combattue avec vigueur. Elle jette l’opprobre  sur le jeu politique et constitue une menace réelle sur l’exercice des libertés publiques. Tous les acteurs de la vie politique doivent dénoncer cette volonté sournoise  des autorités de la République de faire appel à des responsables des partis de l’opposition en vue de massifier la mouvance présidentielle pour des raisons fallacieuses d’unité nationale et de patriotisme. La transhumance rompt l’équilibre du jeu démocratique et prive les partis de l’opposition de leurs cadres pour mener le combat des idées en vue de poser les jalons d’une alternance politique.
 
Le président Macky Sall est le nouveau chantre de la transhumance politique. En vue de démanteler l’opposition sénégalaise, il titille l’esprit patriotique des Sénégalais pour une unité nationale imaginaire dont lui seul a le secret. Ainsi, des responsables du régime de maître Abdoulaye Wade à l’instar de l’ancien premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye s’engouffrent dans cette brèche afin de répondre à l’appel partisan du président Macky Sall.
 
Souleymane Ndéné Ndiaye feint d’oublier sa position sur cette catégorie de transhumants politiques. Il faisait partie des rares politiciens qui abhorrent la transhumance et son caractère perfide et déloyal. Il a été très critique et virulent envers les autres responsables libéraux, qui après la perte du pouvoir, ont tout fait pour rejoindre très vite la mouvance présidentielle afin de ne pas perdre leurs privilèges indus sur le dos du contribuable sénégalais.
 
En quittant le parti démocratique sénégalais, l’ancien premier ministre se démarquait des personnalités politiques qui créent des mouvements pour affûter leurs armes en vue de se vendre pieds et mains liés au plus offrant. Depuis des mois, il était devenu aphone sur les questions socio-économiques majeures du pays et continuait à jouir de tous les avantages et privilèges amassés en tant qu’ancien premier ministre de maître Abdoulaye Wade.
 
Notre homme ne s’était plus mêlé des combats pour l’expression des libertés publiques et s’abstenait certainement par pur calcul politique de fustiger les dérives autoritaires du président Macky Sall en vue de faciliter leurs retrouvailles. Notre homme a décidé finalement de sortir de sa torpeur pour annoncer dans sa page Facebook qu’il avait décidé par patriotisme et par amitié de rejoindre la mouvance présidentielle. Honte à vous monsieur Souleymane Ndéné Ndiaye. Que faites-vous de vos déclarations sur la transhumance politique et sur votre fierté d’homme responsable et loyal ? Que vous veniez maintenant justifier votre adhésion au président Macky Sall en mettant en exergue votre patriotisme et votre amitié, relève de la bassesse, du clientélisme et du déshonneur.
 
Dites-nous d’ailleurs, où étiez-vous lorsque votre mentor d’aujourd’hui privilégiait les intérêts supérieurs de l’ancienne puissance coloniale, la France, au détriment de l’intérêt général du pays en signant des contrats léonins (TER, la concession du port autonome de Dakar au groupe Bolloré, etc.) ? Dites-nous encore, où en étiez-vous avec le patriotisme lorsque les autorités de la République ont, par cupidité et faiblesse, laissé des firmes internationales comme Timis faire main basse sur l’exploitation de nos ressources pétrolières avec la complicité des frères Macky et Aliou Sall ? Quelle est cette façon de faire de la politique en évoquant des liens d’amitié alors que les droits d’un nombre important de Sénégalais sont bafoués voire remis en question quotidiennement par les autorités de la République et que les intérêts légitimes des populations ne sont pas suffisamment protégés ? Vous vous levez un beau matin pour parler de patriotisme tandis que vous ne savez pas ce que cela veut dire réellement.
 
Être patriote est le fait de défendre les intérêts intrinsèques du peuple contre tant ses ennemis internes tapis à l’ombre en vue de préserver les avantages et privilèges indus de certains milieux politico-affairistes voire maraboutiques que de ses ennemis et fossoyeurs de l’extérieur de notre économie nationale.Vous n’êtes pas assez courageux pour rejoindre le camp présidentiel sans vous trouver des justificatifs bidon à tous points de vue.
 
Le peuple que vous pensiez à tort inculte et manipulable à volonté, sait pertinemment parmi les responsables politiques ceux qui peuvent et veulent défendre les intérêts supérieurs de la nation. Servez à vos nouveaux alliés ce discours teinté d’opportunisme et aux gens du peuple. Les Sénégalais savent dans leur grande majorité que vous n’êtes animé que par une volonté de profiteur pour bénéficier des largesses du président Macky Sall voire de vous faire élire député de Benno Bokk Yakaar. Vous savez parfaitement que seul avec votre parti politique, vous n’avez même  pas les moyens de gagner un seul siège de député dans votre circonscription électorale. Vous savez comme nous autres que votre survie en politique passe inéluctablement par votre adhésion à la mouvance présidentielle Benno Bokk Yakaar. Vous avez toujours été un piètre mobilisateur en politique même du temps fort du régime libéral de maître Abdoulaye Wade.
 
Ce dernier a fait de vous ce que vous êtes aujourd’hui, un responsable, en vous nommant premier ministre contre toute attente. Vous n’aviez ni la compétence ni le savoir-faire pour occuper ses importantes attributions au sein de la République comme votre mentor d’aujourd’hui. Vous devriez être le dernier à quitter le PDS au moment où les autorités de la République instrumentalisaient à dessein le pouvoir judiciaire en vue de le détruire et permettre au président Macky Sall de récupérer ses responsables.
 
Maître Abdoulaye Wade a commis l’irréparable en nommant à des postes de responsabilité des hommes et des femmes qui ont pour seule viatique : la trahison comme arme politique.
 
Le peuple sénégalais sait reconnaître pertinemment ses vaillants défenseurs. Vous n’êtes pas mieux que les responsables du PDS que vous traitiez naguère de traîtres. Ils ont migré vers les prairies marron de l’APR en catimini en nous préservant de déclarations ignobles et irresponsables. En homme averti et conscient, vous nous avez administré avec talent l’art de la traîtrise en politique. Vous êtes un anti modèle de vertu républicaine et de patriotisme.
 
Bon débarras monsieur Souleymane Ndéné Ndiaye. Le Sénégal peut bien se passer de vos services. Vous n’êtes pas une référence pour le peuple sénégalais.
massambandiaye2012@gmail.com
 
Nombre de lectures : 757 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter